Plateforme de financements de la recherche intersectorielle sur le vieillissement, 2e concours


Summary

Competition year :

2021-2022

 

Deadline (application) :

January 26th, 2021, 4 PM

 

Amount :

Variable selon les volets

 

Duration :

Selon le type de financement

 

Announcement of results :

Fin avril 2021

 

English version coming soon

Les règles complètes du concours sont disponibles sur le site du FRQ-Santé qui héberge la Plateforme de financements sur le vieillissement même si l'appel à propositions s'adresse aux chercheurs des trois secteurs. Toutes les candidatures au concours devront être présentées dans la plateforme FRQnet du FRQ-Santé.

 

 

NOTE

Le présent concours fait référence aux Règles générales communes (RGC) qui s'appliquent à l'ensemble de la programmation des Fonds de recherche du Québec. Si des conditions particulières s'appliquent à ce concours, elles sont indiquées dans ce document et prévalent sur les RGC.

 


1.

CONTEXTE

 

Dès son entrée en poste en 2011, le scientifique en chef du Québec a encouragé la communauté de recherche oeuvrant pour le bien vivre d'une population vieillissante à penser de nouveaux modèles et approches en recherche susceptibles d'impliquer toutes les parties prenantes en vue de générer des retombées réelles. Au terme des réflexions de la communauté, la plateforme de financements de la recherche intersectorielle sur le vieillissement a été conçue pour permettre de mieux comprendre le vieillissement et de trouver des réponses aux besoins du « bien vieillir », avec une perspective holistique, capable d'aller au-delà de la dégradation de l'état de santé de l'individu âgé, et davantage centrée sur son caractère complexe et multidimensionnel. En termes de besoins de recherche, il est ainsi certes question des soins de santé, mais aussi des milieux de vie ou de travail, des volets intergénérationnels, de nouvelles dynamiques organisationnelles et sociales, de recherche de nouveaux équilibres, du rapport avec les technologies et le numérique, etc. S'ajoute également la nécessité d'inclure les utilisateurs des résultats anticipés, les décideurs publics, les milieux gouvernementaux, industriels, entrepreneuriaux ou communautaires pour un modèle de recherche intégrée.
 
Un premier concours (lien) a été lancé à l'hiver 2019 via la plateforme de financements de la recherche intersectorielle sur le vieillissement et 11 propositions de recherche ont été financées : 4 projets pour le volet Audace, 4 projets pour le volet Living Lab et 3 infrastructures de recherche pour le volet Cohorte (lien : annonce des octrois). Il va sans dire que les propositions de recherche financées lors du premier concours ne peuvent à elles seules répondre aux besoins de recherche sur le bien vieillir dans une société inclusive, notamment pour la prise en compte de la population vieillissante en région. Par ailleurs, la COVID-19 a mis en évidence le besoin de redoubler nos efforts de recherche dans tous les secteurs pour protéger la vie des personnes âgées les plus vulnérables et aussi pour répondre plus adéquatement aux besoins de l'ensemble des personnes âgées pour la plupart autonomes. C'est dans ce contexte que le deuxième concours de la plateforme sur le vieillissement intègre un volet Appel à solutions pour vieillir mieux, soit des subventions de type projets axées sur la recherche de solutions pouvant avoir des retombées rapides et concrètes pour les milieux utilisateurs.
 
Ce deuxième concours des Fonds de recherche du Québec, soutenu par le Secrétariat aux aînés du ministère de la Santé et des Services sociaux, entend donc susciter des initiatives de recherche intersectorielle et collaborative en vue de générer, non seulement de nouvelles connaissances, mais aussi des solutions novatrices, voire transformatrices, autour de ce défi de société majeur que représente le vieillissement de la population.

2.

PRINCIPES DIRECTEURS DE LA PLATEFORME DE FINANCEMENTS

 

Trois principes majeurs doivent présider à toute candidature soumise à ce deuxième concours de la plateforme de financements de la recherche intersectorielle sur le vieillissement.

 

 
Traiter des thématiques de recherche en lien avec l'une des multiples dimensions du bien vieillir dans la société québécoise
 
Les projets de recherche peuvent traiter tous les aspects du vieillissement dans la perspective de promouvoir le bien vieillir dans la société québécoise. Les sujets de recherche peuvent par exemple traiter du soutien des proches aidants aux personnes aînées, de la prise en charge des personnes âgées, de l'accompagnement et bonnes pratiques de soutien, du développement d'environnements inclusifs, de l'hébergement des personnes âgées et du maintien des personnes âgées à domicile, de la socialisation dans sa dimension intergénérationnelle, de la dynamique du vieillissement réussi en région, du vieillir à l'ère du numérique et de la littératie numérique, de l'isolement et du phénomène de l'âgisme, etc.
 
Miser sur l'intersectorialité
 
Convaincus qu'une démarche intersectorielle permet d'ouvrir de nouvelles perspectives de recherche, d'inaugurer des cadres conceptuels inédits, de jeter un regard neuf sur ce défi complexe et multidimensionnel du bien vieillir et d'apporter des solutions innovantes, durables et socialement acceptables, les FRQ invitent les chercheuses et les chercheurs de tous les secteurs à se mobiliser pour répondre à ce grand défi de société en l'éclairant au prisme d'une approche conjointe, coconstruite et intégrée, placée sous l'angle du maillage intersectoriel.
 
Par maillage intersectoriel, les FRQ renvoient à une démarche de recherche et de collaboration qui permet de réunir des chercheuses et des chercheurs de champs disciplinaires ou de pratiques de recherche provenant d'au moins deux des trois grands secteurs couverts par les FRQ (respectivement : sciences de la santé; sciences naturelles et génie; sciences sociales et humaines, arts et lettres) sur un même objet, problème, méthode ou question de recherche, de manière à placer des enjeux de recherche communs ou partagés sous un éclairage nouveau. Dans une perspective intersectorielle, les disciplines et les secteurs s'engagent résolument dans une approche de recherche conjointe, co-créée, dont le mode d'opération se situe en-dehors de la hiérarchisation des champs de connaissances et permet l'enrichissement mutuel d'un secteur par un autre.
 
Privilégier une approche de coconstruction pour la réalisation de la recherche
 
L'expérience nous démontre que si les personnes âgées ne se sentent pas engagées dans les démarches de recherche qui les concernent, le risque d'échec est grand. Les approches de type « coconstruction », i.e. impliquant dans la démarche de recherche les milieux utilisateurs des résultats anticipés, sont donc à privilégier. Plus largement, les démarches partenariales sont fortement encouragées, impliquant selon les cas en sus des milieux utilisateurs : les décideurs publics, les acteurs gouvernementaux, les milieux privés, industriels, entrepreneuriaux et communautaires. En somme, la participation des parties prenantes aux différentes étapes du processus de recherche, de la définition des besoins de connaissances à l'appropriation des résultats de recherche, est privilégiée, et ce, dans un souci de respect et d'ouverture à la grande diversité des approches, des méthodologies, des cultures et des savoirs représentés.
 
 
 

3.

BESOINS EN RECHERCHE POUR LE BIEN VIEILLIR

 

Parmi les pistes d'action ou thématiques prioritaires, les besoins de recherche suivants ont été mis de l'avant lors du Forum sur le vieillissement en 2012 et, plus récemment, lors du remue-méninges du 11 octobre 2017 organisé par les FRQ :

 
  • Mieux connaître la cohorte des personnes aînées de 85 ans et plus. Il s'agit d'une classe d'âge que l'on connaît mal – car elle est, d'une certaine façon, « de première génération » –, et qui est aux prises avec des problématiques de vulnérabilité tout à fait spécifiques. Il revient aux chercheuses et aux chercheurs d'éclairer comment devrait se décliner la prise en charge de cette classe de personnes aînées, sur la nature de leurs besoins et sur les bonnes pratiques de soutien.
  • Appréhender le vieillissement sous l'angle de la trajectoire, depuis une perspective de type « parcours de vie ». Nous vieillissons différemment selon notre héritage génétique, les conditions socio-économiques qui marquent notre vie, le lieu où nous vivons (région ou métropole notamment), la génération à laquelle nous appartenons, notre genre, notre appartenance culturelle, etc. Considéré de la sorte, le bien vieillir se met en place dès l'enfance. Une approche de recherche intersectorielle se présente alors comme une avenue prometteuse du vieillissement qui va à l'encontre d'une perception qui réduit trop souvent le vieillissement à des questions de dégradation de l'état de santé de l'individu âgé.
  • Maintenir à court, moyen et long termes les personnes aînées dans leurs pleines capacités individuelles et collectives. Considérant que le groupe des 65 ans est voué à plus que doubler dans un futur proche, il importe, pour un vieillissement « réussi » dans la société québécoise, d'encourager les recherches misant sur l'optimisation de toute forme d'autonomie, qu'elle vise leur mobilité, leur capacité à prendre en charge leur santé, à se maintenir à domicile, à retourner au travail, à accéder aux services, à maintenir leurs compétences financières, etc. À l'instar d'autres enjeux de notre société, la diversité et les immigrants sont aussi des facteurs qui doivent désormais être davantage intégrés à la recherche sur le vieillissement réussi.
  • Vieillir à l'ère numérique : Vieillir aujourd'hui, c'est vieillir dans un monde où les outils d'information, les technologies et les objets connectés prennent de plus en plus de place offrant notamment des moyens pour veiller sur sa santé, maintenir sa mobilité ou adapter son habitat pour sa fonctionnalité et sa sécurité. Bien vieillir à l'ère du numérique requiert néanmoins l'acquisition de nouvelles compétences spécifiques pour utiliser les technologies numériques. Il est nécessaire que la recherche se saisisse des comportements numériques des personnes aînées qui varient selon diverses variables, entre autres : le niveau de scolarité, la trajectoire professionnelle, la santé physique (vision, ouïe, parole) et cognitive, le degré de littératie numérique, l'ancrage en ville ou en région, etc. Mieux, il importe que la recherche trouve des solutions innovantes, durables et socialement adaptées pour et avec les personnes aînées et les acteurs concernés.
 

4.

OBJECTIFS

 

 

Dans le cadre de ce deuxième concours de la plateforme, les FRQ visent à :

  • Soutenir l'avancement des connaissances et des pratiques sur des questions en lien avec le bien vieillir vu dans une perspective globale et holistique;
  • Apporter une attention particulière aux enjeux d'un vieillissement réussi en région;
  • Encourager des propositions de recherche orientées vers des solutions pouvant avoir des retombées rapides et concrètes pour les milieux de pratique;
  • Maximiser les collaborations au sein de la communauté scientifique en provenance des secteurs des trois FRQ (Nature et technologies, Santé, Société et culture) pour répondre à des besoins de recherche sur le bien vieillir tout en favorisant la participation des différentes parties prenantes à la recherche de solutions novatrices et socialement acceptables;
  • Encourager le partage des savoirs et d'outils pour mieux soutenir des partenaires dans un contexte d'actions ou d'interventions plurielles.

 

 

 

DESCRIPTION DÉTAILLÉE

Pour la description détaillée, voir l'appel à propositions sur le site web du Fonds Santé (FRQS), Fonds gestionnaire pour ce concours : Plateforme de financements de la recherche intersectorielle sur le vieillissement, 2e concours.

 

 

Sophie Gauthier-Clerc
Responsable de programmes
Direction des défis de société et maillages intersectoriels
 
514 873-2114, poste 1-4269

Do you have questions?

Marie-Pierre Cossette

Responsable de programmes

 marie-pierre.cossette

514 873-2114, poste 1-4345

Assistance informatique

Courriel : centre.assistance.nt
Québec : 418 646-3669
Ext. de Québec : 1 866 621-7084

Lundi au vendredi
8 h 30 à 12 h et 13 h à 16 h
(vendredis d'été : 8 h 30 à 12 h)

Les demandes d'assistance technique acheminées par courriel sont traitées en priorité.