Manuel Helbig en vedette dans CURIUM



Consultez le publireportage de la revue CURIUM (édition septembre 2017),
magazine « science et société » québécois destiné aux adolescents.

Manuel Helbig, chercheur... et globe-trotter!

Origine : Allemagne
Étude : doctorat en géographie à l'Université de Montréal

Sa grande idée?

Quantifier pour la première fois comment le dégel du pergélisol* change les interactions végétation-atmosphère dans les forêts boréales du nord-ouest du Canada. Ses découvertes sont importantes pour l'avancée de la recherche sur les changements climatiques mondiaux.

*sol gelé en permanence surtout trouvé dans les régions arctiques

Son terrain de jeu?

Les forêts boréales canadiennes, 500 km à l'ouest de Yellowknife.

Un campement loin du tout-inclus!

  • Pas de suites de luxe, mais des tentes
  • Pas de salle de bain, mais un lac pour se baigner (avec des sangsues)
  • Pas de vols en classe affaires, mais des déplacements en hélicoptère (printemps et automne), en ski-doo (hiver) et en hydravion sur la fleuve Mackenzie (été)
  • Pas de télévision, mais de la bonne compagnie
  • Pas de chef cuisinier, mais de la nourriture en boîte et des sachets Mister Noodles : « Après 2 semaines, on en a marre ! (Rires !) »

Des défis intenses

  • Marcher 3-4 km, matin et soir, dans les marécages, afin de se rendre au boulot. « On se met en forme rapidement… surtout si on oublie des trucs au campement ! (Rires !) »
  • Transporter chaque jour équipements scientifiques, nourriture et bouteilles d'eau. « C'est beaucoup d'organisation ! »
  • Affronter des températures parfois intenses (30-32 ˚C en été ou -20 ˚C en hiver), des moustiques, des animaux sauvages…

Durée des travaux

4 mois étalés entre l'été 2013 et l'automne 2016

Labo ou terrain?

« Je travaille les sciences de la terre, je veux voir tous les écosystèmes du globe. Nouvelle-Zélande, Kazakhstan, Russie, Sibérie... Il est important d'être sur le terrain, de voir ces écosystèmes évoluer au fil des saisons. Cette expérience donne une autre perspective au travail en laboratoire. On comprend mieux les données amassées. »

♦♦♦

Consultez le résumé de sa publication primée.