Actions déclenchées par les stimuli de la vie courante : explorations électrophysiologiques des étapes d'un modèle de traitement

 

Jacques Bruno Debruille

Université McGill

 

Domaine : organismes vivants

Programme projet de recherche en équipe

Concours 2013-2014

L'idée répandue est que l'action déclenchée par un stimulus est initiée consciemment et tardivement, APRÈS le codage conscient du sens de ce stimulus dans son contexte. Pourtant, au moins quatre grands courants de recherche suggèrent qu'un stimulus active précocement, automatiquement et préconsciemment plusieurs, voire toutes les actions qui lui sont associées. Ces actions entreraient alors en compétition les unes avec les autres. Le traitement des actions ressembleraient donc au traitement sémantique où un mot active préconsciemment différents sens qui entrent en compétition. Le sens congruent au contexte reçoit ensuite, par voie descendante, un surcroit d'activation qui lui permet d'inhiber les sens concurrents, inhibition qui peut être responsable du potentiel N400 centro-pariétal.

Nous voulons donc tester ici pour les actions trois hypothèses dérivées de la sémantique: 1) L'activation préconsciente d'actions multiples, 2) L'action qui est congruente au rôle le plus activé reçoit, par voie descendante, un surcroit d'activation qui lui permet d'inhiber les actions concurrentes, 3) Cette inhibition est responsable d'un potentiel N400 FRONTAL. Nous utiliserons une banque d'images d'objets et caractériserons d'abord les actions que chacun de ces objets activent. Nous bâtirons alors une série d'expériences pour vérifier les prédictions.

Pour l'hypothèse 1: un impact de la quantité de ces activations sur des potentiels précédant le N400; Pour les hypothèses 2 et 3) une plus grande incompatibilité entre les actions activées par un même stimulus évoque un plus grand N400 frontal, de même qu'un contexte de présentation incongruent.