Combiner biotélémétrie à haute résolution et échantillonnage passif d'air: une nouvelle approche pour comprendre les variations intra-spécifiques d'exposition aux contaminants émergents chez les oiseaux

 

Jonathan Verreault

Université du Québec à Montréal

 

Domaine : environnement

Programme projet de recherche en équipe

Concours 2014-2015

La protection de notre environnement nécessite une connaissance approfondie sur la dynamique (sources, transport, accumulation, etc.) des substances chimiques potentiellement persistantes, bioaccumulables et toxiques produites par les industries. Les oiseaux sauvages sont continuellement exposés dans leur écosystème à une multitude de nouveaux contaminants organiques halogénés couramment utilisés dans nos produits de consommation.

Ces contaminants dits émergents incluent les nouveaux retardateurs de flamme dans les appareils électroniques, meubles, textiles, etc., destinés à remplacer certains mélanges des polybromodiphényléthers (PBDE) récemment bannis au Canada. Il existe présentement un manque criant d'information à ce qui a trait au devenir et aux sources d'exposition des PBDE et nouveaux retardateurs de flamme, plus particulièrement chez les oiseaux sauvages qui fréquentent les écosystèmes fortement pollués (ex. zones urbaines). Le projet proposé tentera de pallier à ce manque d'information en étudiant les populations de goélands à bec cerclé qui nichent dans le Fleuve Saint-Laurent à proximité de la région de Montréal.

En utilisant une approche alliant une nouvelle technologie de biotélémétrie à haute résolution, d'échantillonnage passif des contaminants dans l'air et d'isotopes stables, ce projet propose d'étudier l'exposition intégrée aux PBDE et retardateurs de flamme émergents chez ce goéland. Les expertises complémentaires de l'équipe en écotoxicologie et chimie analytique (J. Verreault), écologie aviaire (J.-F. Giroux) ainsi qu'en ingénierie et procédés de microfabrication (R. Izquierdo) sont indispensables à la réalisation de ce projet.