Effet modérateur de la plasticité cérébrale induite par la pratique du chant et de la musique sur la communication, les émotions et la cognition au cours du vieillissement : une étude d'imagerie par résonance magnétique

 

Pascale Tremblay

Université Laval

 

Domaine : organismes vivants

Programme projet de recherche en équipe

Concours 2018-2019

Il est maintenant bien établi que le cerveau humain vieillissant conserve sa capacité à se réorganiser en fonction des expériences vécues, un phénomène appelé « plasticité cérébrale induite par l'expérience ». Des études récentes indiquent que différentes formes d'expériences reliées à la musique auraient des effets bénéfiques sur la cognition, les émotions et la communication dans le vieillissement. Toutefois, la nature des mécanismes neurobiologiques qui sous-tendent ces effets demeure à ce jour inconnue. Identifier ces mécanismes est crucial pour comprendre la manière dont l'expérience transforme l'organisation du cerveau et, de manière plus générale, pour révéler le potentiel de réorganisation du cerveau humain adulte et âgé. L'objectif de ce projet de recherche est d'identifier les mécanismes cérébraux qui sous-tendent les bénéfices du chant et de la pratique d'un instrument de musique sur la communication, les émotions et la cognition au cours du vieillissement normal. Alors que la majorité des travaux a porté sur l'étude des chanteurs et des musiciens professionnels, nous nous intéresserons aux chanteurs et musiciens amateurs afin de maximiser l'applicabilité de nos résultats à la population.

Notre hypothèse principale est que les chanteurs et musiciens présenteront des avantages sur les plans communicationnels, émotifs et cognitifs, lorsque comparés aux non-musiciens et non-chanteurs. Comme le chant repose sur le langage, nous nous attendons à des bénéfices plus importants du chant que de la pratique d'un instrument sur la communication. Notre deuxième hypothèse est que les effets de l'âge sur le cerveau des musiciens et des chanteurs seront réduits à l'intérieur de plusieurs réseaux cérébraux. Cette réduction des effets de l'âge sera associée aux effets bénéfiques de ces activités. Pour tester ces hypothèses, 120 adultes droitiers en bonne santé, âgés de 30 à 90 ans seront recrutés et divisés en 4 groupes : (1) 30 non-chanteurs/non-musiciens sans activité sociale en groupe régulière (2) 30 non-chanteurs/non-musiciens avec des activités sociales en groupe réguliers (3) 30 chanteurs choristes amateurs et (4) 30 musiciens d'ensemble amateurs. Ce devis expérimental nous permettra de comparer les effets du chant et de la musique instrumentale aux effets possibles de la participation à des activités en groupe. Pour chaque participant, la communication, la cognition et les processus émotionnels seront évalués. Des images de la structure et du fonctionnement du cerveau seront acquises au moyen de l'imagerie par résonance magnétique (IRM) et mises en relation avec les mesures comportementales.

Ce projet générera des données importantes sur la plasticité du cerveau ainsi que sur les facteurs pouvant promouvoir un vieillissement positif. Les résultats de ce projet contribueront à faire évoluer les théories contemporaines sur la plasticité du cerveau humain, lesquelles pourront, à leur tour, soutenir le développement des technologies visant l'entraînement et la stimulation cognitive, de même que celles visant l'amélioration du cerveau, lesquelles sont en plein essor partout à travers le monde. Les connaissances générées à travers ce projet auront également un impact sur les décideurs impliqués dans le développement de stratégies et de technologies visant la promotion du vieillissement cognitif positif.