Éradiquer le cancer par l'intérieur

 

Recherche intersectorielle - Programme Audace

Concours 2018-2019

 

Composition de l'équipe:

Denis Rancourt (Université de Sherbrooke), responsable
Martin Lepage
(Université de Sherbrooke), co-chercheur

En vidéo (5 minutes)

Un Canadien sur quatre mourra du cancer et c'est aussi la principale cause de décès par maladie pour les enfants de moins de 15 ans. La survie des patients dépend de multiples facteurs, dont l'accès à des services de détection, de diagnostic et de traitement.

Cette recherche entend étudier le transfert naturel de chaleur des tumeurs vers le milieu extra-cellulaire, phénomène biomécanique fondamental du cancer négligé par les experts, mais qui pourrait contribuer significativement aux trois facteurs évoqués ci-dessus.

Les cellules cancéreuses produisent beaucoup de chaleur. En fait, le flux thermique volumétrique métabolique de cellules cancéreuses se situerait à un niveau d'environ 16 000 % plus élevé que celui de cellules saines, causant potentiellement plusieurs réactions métaboliques négatives ou positives sur le corps. Par exemple, ce flux pourrait amener la tumeur à provoquer sa propre nécrose. Dans le cadre de ce projet, nous tenterons de démontrer à l'aide de modèles théoriques analytiques de transfert thermique, et de mesures thermométriques par imagerie par résonance magnétique (IRM) in vivo sur des souris, si effectivement la nécrose pourrait être associée au chauffage intrinsèque de la tumeur.

On pourrait ainsi déterminer, par exemple, s'il existe des conditions thermiques pour lesquelles la tumeur s'auto-éradiquerait. On pourrait également déterminer la présence d'une tumeur, et son niveau d'agressivité, à l'aide de modèles inverses et de cartographies thermométriques par IRM. Si ces modèles s'avèrent valides, ils pourraient contribuer à mieux classifier les tumeurs et à établir un pronostic plus précis.

Appel de propositions