Intégration des effets géotechniques et d'interaction sol-structure dans les méthodes d'évaluation de la vulnérabilité sismique des bâtiments publics existants du Québec

 

Marie-Josée Nollet

École de technologie supérieure

 

Domaine : fabrication et construction

Programme projet de recherche en équipe

Concours 2013-2014

La gestion rationnelle du risque sismique d'un vaste parc immobilier exige d'identifier et de prioriser les bâtiments nécessitant des interventions de réhabilitation. La simplicité de mise en œuvre des méthodes d'évaluation par triage les rend très utiles à cet égard. Ces méthodes s'appuient sur une caractérisation de l'aléa sismique, et l'évaluation sommaire de la vulnérabilité des bâtiments à l'endommagement et de ces conséquences. Elles négligent cependant l'impact de certains facteurs influents sur la vulnérabilité de la structure : la nature de la fondation, sa flexibilité, l'influence de l'interaction entre la structure, la fondation et le sol et les effets de site, de liquéfaction des sols et d'instabilité des pentes.

L'objectif de ce projet est d'intégrer ces facteurs, par une approche rationnelle, dans les méthodes de triage sismique des bâtiments publics du Québec. Des analyses d'interaction sol-structure (ISS) de bâtiments fondés sur sites représentatifs de l'est du Canada, et sur fondations superficielles à profondeur et flexibilité relativement variables, permettront de quantifier l'influence de l'ISS sur la demande sismique du bâtiment. Les bâtiments étudiés seront caractérisés par des inspections visuelles et des mesures de vibrations ambiantes pour déterminer leurs propriétés dynamiques (périodes naturelles, modes de vibration, amortissement modal approximatif).

Les résultats seront intégrés dans des méthodes de triage et mis en application sur des bâtiments publics pour évaluer l'impact de l'influence de la fondation, sa flexibilité, et l'ISS sur le classement des priorités obtenu.