La détection des cordes cosmiques à l'aide de réseaux neuronaux

 

Oscar Hernandez

Collège Marianopolis

 

Domaine : nature et interactions de la matière

Programme de recherche pour les chercheurs de collège

Concours 2017-2018

Nous proposons chercher pour les signatures de cordes cosmiques dans les cartes de bruit de fond de micro-ondes cosmique (BMC) et les cartes d'intensité de la raie à 21 cm à l'aide de réseaux neuronaux. Les limites robustes actuelles, telles que celles obtenues à partir de l'analyse du spectre de puissance angulaire du BMC effectué par la Collaboration Planck, sont fixées par des effets de longues cordes et placent une limite supérieure de 1.3E-7 avec un niveau de confiance de 95%, à la tension des cordes Nambu-Goto.

Le « North American Nanohertz Observatory for Gravitational Waves » (NANOgrav) a obtenu une limite supérieure à la tension des cordes cosmiques de Nambu-Goto de 3.3E-8 avec un niveau de confiance de 95%. Cette limite vient des ondes gravitationnelles produites par des boucles de cordes cosmiques et il n'existe toujours pas d'accord quant à la distribution de boucles. Cette limite est donc considérée moins robuste que la limite de la Collaboration Planck, qui vient des cordes longues.

Notre travail préliminaire nous amène à croire que les réseaux neuronaux nous permettront d'établir une limite sur la tension de cordes cosmiques, provenant des effets des cordes longues, plus serrée que la limite établie par NANOgrav de 3.3E-8 avec un niveau de confiance de 95%.