Les liens sensori-moteurs multimodaux de la parole chez les voyants et les aveugles

 

Lucie Ménard

Université du Québec à Montréal [UQAM]

 

Domaine : organismes vivants

Programme projet de recherche en équipe

Concours 2018-2019

De nombreuses études ont montré que la perception de la parole est multisensorielle : identifier les sons du langage humain implique le traitement par le cerveau d'informations auditives, visuelles, et somatosensorielles. Ces trois modalités interagissent entre elles et guident non seulement l'identification du message transmis par l'interlocuteur (perception), mais également la production des phonèmes. Or, ce processus d'intégration est flexible, et l'importance accordée à chacune des modalités varie en fonction de l'individu, du contexte, de la tâche,... Cette plasticité est évidente chez les individus atteints de privation sensorielle congénitale, qui démontrent une réorganisation corticale lors du traitement de la parole. Si les études abondent dans les cas de surdité (privation auditive), rares sont celles qui traitent de la cécité, en considérant la réorganisation des modalités auditive et somatosensorielle lors de la production et de la perception de la parole. Nous proposons donc un projet de recherche dont l'objectif général est d'évaluer les liens sensori-moteurs multimodaux impliqués dans la parole produite et perçue par des individus voyants et atteints de cécité, par des mesures comportementales et électrophysiologiques.

Ce projet unique intersectoriel requiert la collaboration de chercheurs chevronnés en phonétique (L. Ménard, UQAM), en contrôle moteur (D. Ostry, Université McGill), en neuropsychologie (F. Lepore, Université de Montréal) et en électrophysiologie (S. Lippé, Université de Montréal). Le caractère novateur de ce projet réside d'abord dans la problématique : si l'impact de la perception sur la production de la parole a fait l'objet de nombreux travaux, aucun ne s'est attardé à une analyse détaillée des relations sensori-motrices chez des individus aveugles. Le projet décrit est original également par sa méthodologie, qui allie mesures comportementales et neurophysiologiques. Les liens ainsi établis entre ces deux approches méthodologiques donneront lieu à de nouveaux créneaux de recherche inexistants actuellement au Québec (neurophonétique, cécité et parole,...). Aucune étude de ce type n'a encore été menée.

Les résultats de ce projet viendront alimenter les recherches en psychologie sur le développement des systèmes sensori-moteurs et la cognition. Ces domaines de recherche, dans lesquels les chercheurs sont déjà très actifs, seront ainsi enrichis. Notre projet créera aussi un milieu favorable à la formation de personnel hautement qualifié fortement en demande, formé à la fois en linguistique et en neuropsychologie. Enfin, ce projet aura des retombées importantes dans les domaines des sciences cognitives et fournira des pistes originales pour le développement technologique de systèmes de reconnaissance de la parole.