Mécanismes moléculaires sous-jacents à la variation comportementale chez des espèces étroitement liées

 

Tomoko Oyama

Université McGill

 

Domaine : organismes vivants

Programme : établissement de nouveaux chercheurs universitaires

Concours 2018-2019

L'évolution a généré une énorme variété de traits morphologiques, physiologiques et comportementaux chez les animaux. Un important corps de recherche a montré que la variation au niveau des régions régulatrices de certains gènes est associée avec des différences de morphologie entre espèce (ex : motif des ailes). Mais comment des comportements évoluent-ils dans différentes directions chez des espèces équipées de neurones et de composants moléculaires similaires ? Résoudre ce mystère requiert une compréhension des relations entre changements adaptatifs évolutionnaires du comportement et changements structuraux/fonctionnels des circuits neuronaux. Je propose d'utiliser les larves de drosophile réalisant des roulades – un comportement caractéristique de fuite en réponse à une stimulation nociceptive ou mécanique, et dont j'ai récemment examiné les mécanismes en détail. Spécifiquement, j'utiliserai la technologie de pointe de séquençage ARN (RNA seq) pour déterminer si les niveaux d'expression de gènes dans les neurones sensoriels diffèrent entre Drosophila melanogaster et D. santomea, deux espèces de phylogénie proche mais dont la fréquence de roulade diffèrent fortement. Les résultats obtenus clarifieront si les changements génétiques des neurones sensoriels peuvent expliquer cette différence de comportement entre les deux espèces et, s'ils le peuvent, suggèreront des hypothèses précises quant à la manière dont cette divergence comportementale est apparue au cours de l'évolution.