Nanoplasmonique terahertz pour la spectroscopie renforcée et l'optique non linéaire

 

Luca Razzari

Institut national de la recherche scientifique

 

Domaine : nature et interactions de la matière

Programme établissement de nouveaux chercheurs universitaires

Concours 2013-2014

Les plasmons de surface sur les nanostructures métalliques sont un moyen efficace pour manipuler la lumière à l'échelle nanométrique et ont apporté à une multitude d'applications dans de nombreux domaines des sciences naturelles et de la technologie. Cependant, la plupart des réalisations ont été jusqu'à présent limitées à la région visible du spectre électromagnétique, avec quelques extensions à l'infrarouge.

Mon objectif est maintenant d'étendre ces concepts à des longueurs d'onde plus longues, dans la région spectrale terahertz. Ce projet de deux ans, je veux faire enquête sur une nouvelle génération de capteurs terahertz assistés par des structures nanoplasmoniques, qui peuvent permettre des sensibilités sans précédent pour la spectroscopie de quelques molécules et de nano-objets. En outre, je vais exploiter le fort renforcement du champ garanti par les nanostructures métalliques pour explorer les phénomènes non linéaires localisés aux fréquences terahertz.

Les résultats de la recherche proposée pourront représenter un progrès significatif dans la science terahertz, tant à un niveau fondamental qu'à un niveau plus orienté vers les applications. Par ailleurs, ce nouveau domaine de recherche est un terrain d'entraînement idéal pour les personnes hautement qualifiées, qui contribueront, à terme, à consolider le positionnement du Québec au premier rang dans l'industrie de la photonique.