Synthèse de glyconanoparticules afin de surmonter la résistance aux antibiotiques chez les bactéries formant des biofilms

 

René Roy

Université du Québec à Montréal

 

Domaine : matériaux

Programme : projet de recherche en équipe

Concours 2017-2018

La résistance aux antibiotiques est devenue un problème de santé publique majeure nécessitant des investissements considérables de l'industrie pharmaceutique. L'une des principales causes de cette résistance provient du fait que les bactéries se développent et colonisent les tissus hôtes en formant des biofilms. Ce sont ces derniers qui forment une barrière physique rendant difficile la pénétration et l'action des antibiotiques. La formation de biofilms constitue une étape importante du processus d'infection bactérienne et la compréhension des mécanismes régissant celle-ci constitue un enjeux majeur. Puisqu'un grand nombre de microorganismes pathogéniques possèdent des récepteurs protéiques capables de reconnaître et de se lier de façon spécifique aux tissus humains par le biais des glycoconjugués de surfaces cellulaires responsables de la formation des biofilms, il devient impératif de développer une thérapie alternative envisageant le contrôle et l'inhibition de la colonisation bactérienne.

Dans ce projet, une équipe bidisciplinaire formée d'un chimiste et d'un microbiologiste s'intéresserons au mécanisme de formation et d'inhibition de biofilms chez trois bactéries opportunistes nosocomiales, soit la bactérie uropathogénique E. coli, et les deux bactéries les plus courantes responsables de l'infection pulmonaire, souvent mortelle, chez les patients atteints de fibrose kystique. Ces deux bactéries, Pseudomonas aeruginosa et Burkholderia cepacia, possèdent des facteurs de virulences, des lectines, capables de se lier aux glycanes des glycoconjugués à la surface des cellules épithéliales. Dans ce projet, des glyconanoparticules seront synthétisés et serviront à inhiber la formation de biofilms. Deux étudiants seront formés dans ce but.