Variabilité spatiale de l'accumulation du carbone dans une tourbière ombrotrophe

 

Julie Talbot

Université de Montréal

 

Domaine : environnement

Programme établissement de nouveaux chercheurs universitaires

Concours 2015-2016

Les tourbières couvrent une partie importante du territoire québécois, particulièrement au pourtour de la Baie James et de la Baie d'Hudson. Ces latitudes sont non seulement affectées par les changements climatiques, mais elles sont aussi au centre de projets de développement économique majeurs reliés à la construction d'infrastructures minières. Ces infrastructures risquent d'affecter localement ou régionalement les caractéristiques physiques et biologiques des écosystèmes. La structure et la fonction des tourbières québécoises risquent donc de changer au cours des décennies à venir, avec des conséquences potentielles pour le bilan en carbone de la province, les régimes hydrologiques  régionaux et la qualité des habitats fauniques et floristiques.

La quantité de carbone contenu dans une tourbière varie spatialement en fonction de la forme du bassin et de l'historique de développement de la tourbière, mais cette variation spatiale a rarement été quantifiée. Je propose d'explorer la variabilité spatiale d'accumulation de la tourbe à l'aide de carottes de tourbe prélevées dans une tourbière ombrotrophe située dans la vallée de la rivière Outaouais. En complément, je propose de développer un modèle permettant de simuler le développement et l'expansion des tourbières dans le passé de façon spatialement explicite. Une fois validé à l'aide des données provenant des carottes de tourbe, ce modèle permettra de tester les impacts de différentes perturbations sur la fonction des tourbières comme réservoirs de carbone organique.