Vers une valorisation pérenne des sédiments

 

Patrice Rivard

Université de Sherbrooke

 

Domaine : environnement

Programme projet de recherche en équipe

Concours 2018-2019

Afin de tirer profit du formidable potentiel de croissance du commerce international et demeurer compétitives à l'échelle mondiale, les administrations portuaires du Québec projettent d'investir plus de 2 milliards $ au cours des dix prochaines années. Une part importante ira à la construction de voies d'accès routières à des sites portuaires et multimodaux pour des infrastructures et pour la construction d'infrastructures touristiques (ex. des terminaux de croisières). Des volumes considérables de matériaux granulaires seront donc mobilisés près des sites portuaires. Les investissements impliqueront également des travaux majeurs d'agrandissement des quais et des jetées et par le fait même, des opérations de dragage générant de grandes quantités de sédiments qui devront être soit stockés sur terre ferme (si contaminés), soit rejetés dans des sites d'immersion (si non contaminés). Cette pratique s'éloigne de la vision de développement durable et d'économie circulaire prônée par le Gouvernement du Québec. Dans un contexte où les matériaux granulaires constituent une ressource limitée et non renouvelable dont la valeur économique est surtout justifiée en fonction de la proximité du marché, un changement de paradigme s'impose: on doit considérer les sédiments (contaminés ou non) comme une ressource minérale qui peut servir de matière première pour plusieurs matériaux de construction, limitant ainsi la consommation de matériaux granulaires.

Ce projet de recherche multidisciplinaire vise, à moyen terme, à faire du Québec le chef de file nord-américain en matière de valorisation des sédiments. Cette valorisation présente de grands défis et la recherche et l'innovation concernant cette thématique se trouvent à un stade embryonnaire. Il existe donc un potentiel de développement extraordinaire menant à l'émergence d'un nouveau créneau de recherche très porteur. Ce projet s'inscrit dans plusieurs axes du plan d'actions 2015-2020 de la Stratégique maritime du Québec et rejoint à la fois la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles du gouvernement du Québec et le plan d'action de la Stratégie québécoise de la recherche et de l'innovation 2017-2022 qui favorise la recherche dans le domaine maritime. Trois objectifs spécifiques sont ciblés :

  1. Développer un bioprocédé de mycoremédiation innovant et durable pour décontaminer les sédiments pollués;
  2. Explorer des filières novatrices de valorisation des sédiments comme matériaux (infrastructures, protection des berges, remblayage minier);
  3. Réaliser une analyse de cycle de vie (ACV) concernant l'utilisation des sédiments pour évaluer les bénéfices écologiques de sa valorisation.

Une partie des travaux se déroulera aux Iles de la Madeleine où les solutions élaborées pourront être testées et validées dans un contexte insulaire. Parmi les nombreuses retombées attendues, soulignons le développement d'une approche novatrice de valorisation des biosolides municipaux et de bioremédiation des sédiments contaminés aux contaminants organiques, une meilleure gestion de la ressource en matériaux granulaires, une contribution à la protection des berges et lutte à l'érosion dans des secteurs sensibles où la population est à risque, une stimulation et une diversification de l'économie locale, ainsi que la formation de personnel hautement qualifié dans des secteurs stratégiques priorisés par le Gouvernement du Québec.