Amélioration du confort des vaches en stabulation entravée pour augmenter leur longévité en fermes laitières québécoises


Le temps passé couché (temps de repos) a été suggéré comme variable clef pour mesurer le confort des vaches. L'utilisation de technologies comme les accéléromètres pourrait être utile pour détecter les problèmes de mauvaise conception de stalle et d'inconfort qui induisent une augmentation de la boiterie et une réduction de la longévité. Aussi, avec la mise en place prochaine du programme de certification Pro-Action par les producteurs laitiers du Canada, il est important de développer des mesures standardisées du confort et du bien-être des animaux. L'objectif général du projet était d'augmenter les connaissances sur le lien entre le confort des vaches et leur longévité en stabulation entravée. Pour atteindre cet objectif, nous avons fixé les 5 objectifs spécifiques suivants : 1)Développer des mesures pour l'évaluation de l'impact de la stabulation entravée sur le confort des vaches; 2)Déterminer les facteurs de risque en stabulation entravée associés au confort des vaches; 3)Déterminer l'association entre le confort et la prévalence des boiteries en stabulation entravée; 4)Établir les caractéristiques et les pratiques d'élevage des fermes favorisant une longévité élevée des vaches en stabulation entravée; et 5)Déterminer les facteurs facilitant et freinant l'adoption de pratiques de confort et de longévité. Pour ce faire, nous avons réalisé la mise au point des mesures et la validation de l'utilisation possible des accéléromètres pour l'évaluation du confort en stabulation entravée (obj. 1). Des données reliées au confort et à la boiterie des vaches ont été recueillies sur 60 fermes à stabulation entravée présentant des longévités de leurs troupeaux très contrastées (obj. 2 à 4). Finalement, un questionnaire sur l'adoption de pratiques favorables au confort a été réalisé (obj. 5) chez ces 60 fermes.

Nous avons démontré que les accéléromètres (outils pour mesurer automatiquement le temps de repos des vaches à faibles coûts) peuvent servir à l'évaluation du temps de repos en fermes à stabulation entravée. Pour avoir une bonne estimation du temps de repos des vaches sur une ferme laitière, un échantillon de 40 vaches en lactation, pendant 5 jours consécutifs est nécessaire. Des mesures de la propreté et des blessures, des boiteries, de l'état de chair, du gabarit des vaches, ainsi que celles sur les dimensions et la conception des stalles ont aussi été développées, validées et testées. Ces tests ont permis le développement de chartes d'évaluation pour la prise de données en ferme ainsi que le développement du matériel pour la formation des futurs évaluateurs et les procédures normalisées (PN) pour la prise de données. La formation dispensée, combinée aux outils de mesures développées par l'équipe, a permis de très bons taux de répétabilité pour les mesures en ferme entre les intervenants. Toutefois, pour être réussis, les apprentissages doivent être basés sur des protocoles très bien définis et des photographies ainsi que sur des sessions régulières de formation. En outre, des contrôles continus sont essentiels pour assurer le niveau de répétabilité.

Les données recueillies sur les fermes montrent un taux plus élevé de blessures aux jarrets, aux genoux et au cou dans les fermes québécoises à stabulation entravée lorsqu'on les compare aux fermes ontariennes et même aux fermes québécoises à stabulation libre. Le pourcentage de vaches boiteuses est aussi plus élevée. Toutefois, les vaches des fermes québécoises sont en moyenne très propres et généralement plus propres que celles des fermes ontariennes.

Nos résultats confirment aussi que pour augmenter le temps de repos des vaches, il est important d'assurer une largeur et longeur des stalles conformes aux normes combinées à une gestion adéquate des stalles (litière, revêtement, propreté). Toutefois, pour la barre d'attache, une position plus avancée semble plus importante qu'une hauteur conforme aux normes pour assurer un temps de repos élevé et diminuer les blessures au cou et aux genoux. À cet effet, il y aurait même lieu de revoir la norme sur hauteur des barres d'attache.

On constate aussi que la majorité des stalles, tant au Québec qu'en Ontario, ne rencontrent par les recommandations publiées dans le code de pratique canadien. Au Québec, les problématiques majeures se situe au niveau de la position de la barre d'attache (2,3 % de respect de la norme) et de la longueur des chaînes (7,3 % de respect de la norme). Il s'agit de deux éléments qui sont généralement simples et peu couteux à modifier et qui ont un lien important avec le confort.

Cette étude nous a aussi permis de confirmer que l'évaluation de la boiterie en stalle était équivalente à son évaluation selon la démarche et qu'il n'était donc pas nécessaire que les vaches soient détachées pour être évaluées; ce qui est un ajout majeur au projet. Ces résultats nous ont permis de conclure que le temps de repos peut être une mesure pertinente pour indiquer les fermes ayant un pourcentage élevé de vaches boiteuses. Aussi, une largeur trop faible des stalles et une position trop reculé de la barre d'attache sont des facteurs de risque important des boiteries en stabulation entravée.

Finalement, un questionnaire sur l'adoption des pratiques favorisant le confort a permis de constater que près de 70 % des répondants avaient apporté des changements à leur pratique suite à l'évaluation faite lors du passage de l'équipe de recherche. Même dans le groupe ayant obtenu des notes élevées pour la gestion des stalles, 43% des producteurs québécois et 49% des producteurs ontariens ont tout de même effectué des modifications. Près de la moitié des changements effectués dans cette catégorie concerne l'augmentation de la litière et la pose de tapis ou de matelas. L'importance d'une bonne gestion des stalles et de la propreté pour le confort des vaches est donc reconnue des producteurs.

Les méthodes et techniques développées dans le cadre de ce projet pourront être utilisées rapidement par les producteurs laitiers et leurs conseillers. Parmi les multiples retombées attendues de ce projet, mentionnons : — l'amélioration du confort des vaches laitières en étable entravée et la réduction du taux de réforme involontaire réduisant ainsi les coûts de production; — la formation de personnel hautement qualifié pour assurer un bon support pour le développement d'une industrie laitière durable au Québec.

Chercheur responsable

Doris Pellerin, Université Laval

Équipe de recherche

  • Steve Adam, Valacta
  • Anne Marie de Passillé, Pacific Agriculture Research Centre
  • Jean Durocher, Valacta
  • Daniel Lefebvre, Valacta
  • Diane Parent, Université Laval
  • Jeffrey Rushen, Pacific Agriculture Research Centre

Année du concours

2011

Durée

3 ans

Montant

107 325 $

Partenaires financiers

  • Agriculture et Agroalimentaire Canada
  • Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec
  • Novalait inc.

Appel de propositions

Innovation en production et en transformation laitières – V