La certification environnementale et la redéfinition de la gestion des forêts publiques au Québec



L'industrie forestière implante des mécanismes de certification (CSA, SFI, FSC). Ceux-ci visent à assurer un aménagement forestier de qualité dans un contexte d'information imparfaite et d'adaptation continue. Notre projet entendait évaluer les impacts de ces démarches tant au plan de l'organisation industrielle que du fonctionnement du régime québécois. Même si la certification s'inscrit en marge des activités de l'État, celui-ci a un rôle à jouer dans sa mise en œuvre. Comme une démarche de certification consiste à voir un acteur indépendant vérifier la valeur des pratiques forestières selon des normes propres aux entreprises, il y a là recoupement avec les fonctions de l'État reconnues dans le régime forestier actuel.

Nous confirmons que cette nouvelle gouvernance forestière conjugue les thèmes de l'autonomie professionnelle, de la décentralisation décisionnelle et de l'imputabilité politique. Reste qu'il faut comprendre que la certification est complémentaire à la régulation exercée par l'État sur le terrain. Les résultats obtenus montrent aussi que les acteurs ayant participé à l'instauration des dispositifs de certification veulent déborder l'identification locale des enjeux de la gestion forestière durable. Ils veulent notamment jouer un rôle actif en termes de suivi. De plus, ils réclament que la certification soit « expliquée » au grand public.

Du côté industriel, l'importance de la certification comme outil de marketing est indéniable. Toutefois, les représentants de l'industrie auraient intérêt à se méfier de l'aspect relation publique. Une attitude plus ouverte à l'adaptation des pratiques serait d'autant plus motivée que la performance environnementale des entreprises certifiées apparaît meilleure dans les faits.

Chercheur responsable

Luc Bouthillier, Université Laval

Équipe de recherche

  • Olivier Boiral (Université Laval)
  • Jean Mercier (Université Laval)
  • Steve Plante (Université du Québec à Rimouski)

Durée

2006-2009

Montant

155 000 $

Partenaire financier

  • Fonds Forestier du ministère des Ressources naturelles et de la Faune

Appel de propositions

Aménagement et environnement forestiers