Perception sociale des paysages résultant de la stratégie d'aménagement écosystémique pour la pessière noire



Problématique

Le projet portait sur des enjeux issus de la rencontre de deux phénomènes nouveaux. D'une part, le virage de l'aménagement écosystémique entamé par le Québec implique, pour la pessière noire, la création de grandes coupes agglomérées. D'autre part, le paysage suscite aujourd'hui un intérêt considérable au point de constituer une ressource importante pour les régions (re : industrie touristique). Dans ces circonstances, l'aménagement écosystémique de la pessière noire est appelé, de par l'étendue des coupes, à être confronté à des problèmes d'acceptabilité sociale.

Objectifs

À un niveau général, le projet visait donc à développer la connaissance nécessaire pour en arriver à concilier approche écosystémique et appréciation des paysages. À un niveau plus spécifique, il s'agissait d'en arriver à développer de mesures de mitigation des éléments visuels négatifs de ces coupes.

Résultats obtenus 

Privilégiant le recours à des outils novateurs en matière de simulation visuelle, le projet a eu recours à diverses méthodes d'enquête qui ont permis de mesurer le niveau d'acceptabilité de différentes modalités d'intervention auprès des publics cibles variés: visiteurs d'une réserve faunique, acteurs impliqués dans le processus de participation de la compagnie forestière, public « non initié », etc. Il a ainsi été possible de mesurer comment la coupe à blanc (CPRS) était perçue par rapport, notamment, à la coupe à blanc avec protection de la haute régénération (CPHRS), à la rétention variable dispersée avec 5%-10%-25% du volume; à la forêt mature non altérée, etc. Elle a aussi permis de mesurer l'influence du reverdissement des parterres de coupe sur le niveau d'acceptabilité.

Les résultats révèlent notamment que l'acceptabilité dépend fortement du traitement appliqué, mais ne semble pas dépendre du type de répondant; les coupes à blanc sont considérées comme inacceptables: plus la rétention d'arbres sur le parterre de coupe est élevée, meilleure est l'acceptabilité; la rétention dispersée est préférée à la rétention par bouquet; les petits bouquets sont préférés aux grands; le reverdissement permet d'augmenter l'acceptabilité.

Chercheur responsable

Gérald Domon, Université de Montréal

Équipe de recherche

  • Louis Bélanger, Université Laval
  • Louis Guay, Université Laval
  • Jonathan Leblond, FPQ
  • Josée Paquet, MRNF
  • Stephen Sheppard, Université de la Colombie-Britannique

Durée

225 000 $

Partenaire financier

  • Ministère des Ressources naturelles et de la Faune

Appel de propositions

Aménagement et environnement forestiers - III (1er concours)