Contribution des amibes à la survie des bactéries lors de leur aérosolisation

 

Steve Charette

Université Laval

 

Domaine : organismes vivants

Programme projet de recherche en équipe

Concours 2013-2014

Des installations humaines sont des sources d'épidémies bactériennes. Dans ces environnements, ces bactéries interagissent avec des amibes. Il est connu que plusieurs bactéries pathogènes pour l'homme ont la capacité de résister à la prédation par les amibes. Ces bactéries que l'on nomme ARB pour amoeba-resisting bacteria peuvent être enrobées dans du matériel protéolipidique lorsqu'elles sont phagocytées par les amibes puis exocytées dans le milieu. L'enrobage offre aux bactéries une protection à certains stress et augmente leur viabilité.

Cependant dans le contexte où l'aérosolisation de ces bactéries à partir des installations humaines est un mode de propagation possible, il devient nécessaire de comprendre comment l'interaction amibe-bactérie protège les bactéries du stress de l'aérosolisation. Le présent projet vise à mieux définir quelles sont les bactéries faisant partie du groupe des ARB en testant la résistance à la prédation amibienne de 150 isolats bactériens provenant d'installations humaines contaminées ainsi que de modèles bactériens pathogènes et non pathogènes. L'enrobage par l'amibe des bactéries s'avérant être des ARB sera analysé au niveau structurel par microscopie électronique. Les bactéries enrobées seront ensuite purifiées pour permettre l'étude des effets de l'aérosolisation et des stress présents dans l'air (UV, température et humidité) en comparaison avec ces mêmes bactéries sous forme libre.

Ce projet, impliquant des chercheurs du Québec et de la Norvège, permettra de mieux comprendre le rôle des amibes dans la persistance des bactéries dans l'air.