Contrôle de la gale commune de la pomme de terre par le développement de lignées résistantes chez des variétés cultivées au Québec

 

Chercheure responsable

Nathalie Beaudoin, Université de Sherbrooke

 

Domaine : ressources naturelles

Programme projet de recherche orientée en partenariat : agriculture nordique

Conours 2014-2015

Durée du projet : 3 ans

Budget total accordé au projet : 85 000 $

Partenaire financier

  • Fonds de recherche agroalimentaire axée sur l'agriculture au Saguenay–Lac-St-Jean

Autres sources de financement

  • Université de Sherbrooke
  • Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec
  • Centre Sève

Équipe de recherche

  • Nathalie Beaudoin, Université de Sherbrooke
  • Pascale Beaudoin, Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec
  • Carole Beaulieu, Université de Sherbrooke
  • André Gagnon, Progest2001
  • Dominique Michaud, Université Laval

La gale commune est actuellement un des problèmes majeurs rencontrés par l'industrie de la pomme de terre au Québec, avec une incidence croissante partout où la pomme de terre est cultivée. Cette maladie, causée par l'actinobactérie Streptomyces scabies, est caractérisée par le développement de lésions liégeuses superficielles ou creuses sur le tubercule, réduisant ainsi la qualité des tubercules et causant des pertes économiques importantes autant pour les producteurs que l'industrie en générale. Actuellement, un seul pesticide (Chloropicrine) a prouvé son efficacité contre la gale commune, mais ce composé est coûteux et polluant pour l'environnement. Ainsi, les stratégies de lutte actuelles demeurent essentiellement culturales et variétales. À ce jour, l'utilisation de variétés résistantes reste le meilleur choix pour réduire les pertes causées par cette maladie, mais plusieurs variétés populaires au Québec sont très peu résistantes à la maladie.

Les pertes économiques causées par la gale commune représentent annuellement plus de 1,6M$ au Québec seulement. De plus, des lots de semences touchés par la gale commune peuvent être déclassés, allant jusqu'à compromettre leur exportation vers plusieurs pays. L'objectif principal de notre équipe est de développer une technologie unique et prometteuse qui permet d'accroître la résistance à la gale commune chez des variétés actuelles ou futures tout en conservant leurs propriétés agronomiques d'origine. L'efficacité de la méthode sera évaluée chez des lignées déjà produites à partir des cv. Russet Burbank et Yukon Gold, par des tests de résistance à la gale commune et par l'évaluation des propriétés agronomiques. La méthode sera également optimisée pour l'appliquer à d'autres variétés cultivées au Québec, et particulièrement en régions nordiques tel qu'au SaguenayLac-St-Jean.

Un autre objectif important de ce projet est de mieux comprendre les mécanismes de résistance à la gale commune qui sont mis en place dans les lignées développées au cours de ce projet ou encore suite à un traitement avec l'auxine synthétique 2,4-D. Grâce à des analyses en protéomique, nous pourrons identifier dans les tubercules résistants les changements protéiques qui sont associés à une plus grande résistance à la gale commune. Une meilleure compréhension des mécanismes de résistance sera très utile pour sélectionner de nouvelles variétés résistantes et pour développer de nouvelles stratégies de lutte contre la gale commune. À plus long terme, ce projet pourrait réduire significativement la sensibilité à la gale commune chez plusieurs variétés de pomme de terre, accroissant ainsi le nombre de tubercules commercialisables et la qualité et la valeur du produit. Au final, la compétitivité des producteurs de pomme de terre québécois sera donc augmentée. Ce produit amélioré aidera aussi les producteurs de semence en leur donnant accès à de nouveaux marchés. Enfin, la réalisation de cette étude permettra la formation d'étudiants-chercheurs dans un domaine d'importance pour l'agriculture québécoise.

Appel de propositions

Pour consulter l'appel de propositions, cliquez ici.