Détection et quantification des nanomatériaux dans l'environnement

 

Kevin Wilkinson

Université de Montréal

 

Domaine : environnement

Programme projet de recherche en équipe

Concours 2010-2011

On craint que les nanoparticules présentes dans plusieurs produits commerciaux (Engineered nanoparticles-ENP) aient des conséquences néfastes sur l'environnement. Cependant, ces risques sont largement inconnus parce que, pour l'instant, il n'est pas possible de quantifier les ENP dans l'environnement. Par conséquent, on n'a aucune connaissance 1) de la concentration, 2) de la persistance, ou 3) des effets environnementaux de ces ENP.

Nous proposons de développer deux techniques analytiques pour quantifier les ENP. La technique de haute spécificité implique l'utilisation de sondes biologiques basées sur la signature des réponses génomiques suite à une exposition aux ENP. La deuxième technique de sensibilité extrême utilisera des techniques chromatographiques pour séparer les ENP de leur matrice, et par la suite les quantifiera par ICP-MS. Un deuxième but sera de déterminer le degré de toxicité des nanoparticules par rapport aux métaux relâchés par leur dissolution.

Ces résultats auront un double bénéfice au Québec comme dans le monde entier parce que d'une part, la détermination exacte du risque associé aux ENP est nécessaire pour établir une politique environnementale solide, et d'autre part, des coûts inutiles seront évités aux industries et agences réglementaires lorsque les risques sont minimisés.