Développement d'outils d'évaluation et d'atténuation des impacts potentiels de la récolte de tourbe sur la qualité de l'eau des cours d'eau récepteurs

 

Chercheur responsable

André St-Hilaire, Institut national de la recherche scientifique (INRS)

 

Domaine : Environnement

Programme projet de recherche orientée en partenariat : Développement durable du secteur minier (3e concours)

Concours 2016-2017

Durée du projet : 3 ans

Budget total accordé au projet : 275 975 $

Partenaire financier

  • Ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles

Partenaire du projet

  • Association des producteurs de tourbe horticole du Québec, au nom de ses neuf entreprises membres du regroupement

Équipe de recherche

  • Sophie Duchesne, Institut national de la recherche scientifique (INRS)
  • Claude Fortin, Institut national de la recherche scientifique (INRS)
  • André St-Hilaire, Institut national de la recherche scientifique (INRS)

Objectifs

La récolte de la tourbe à des fins horticoles nécessite que la couverture végétale vivante soit retirée de la surface de récolte. Le drainage des sols ainsi mis à nu peut générer un apport accru de sédiments et une augmentation de la charge en nutriments et en matière organique. Des bassins de sédimentation, présentant des configurations très différentes d'un site à l'autre, sont fréquemment installés afin d'atténuer l'exportation de matières en suspension (MES) vers les cours d'eau récepteurs. Peu de travaux ont mesuré l'impact de l'exploitation de la tourbe dans ces cours d'eau. L'objectif principal de la présente proposition consiste à doter l'industrie d'outils permettant d'évaluer et de réduire l'impact potentiel de la récolte sur la qualité de l'eau de drainage et sur les écosystèmes lotiques récepteurs. Pour ce faire, il faudra développer un outil de conception des bassins de sédimentation en incluant une approche permettant de munir les bassins de rétention de structures de contrôle de débit. De plus, la variabilité naturelle de la qualité de l'eau des milieux récepteurs dans trois régions du Québec sera évaluée afin de pouvoir évaluer quantitativement un possible impact de la récolte de tourbe. Finalement, des indicateurs abiotiques et biotiques de l'impact possible du rejet des eaux de drainage dans les cours d'eau récepteur seront testés et validés.

Résultats attendus et retombées escomptées

Ce projet permettra :

  1. de faire une première analyse détaillée des impacts potentiels du rejet des eaux de drainage sur les milieux lotiques récepteurs au Québec;
  2. d'identifier une signature spectrale spécifique à la matière organique qui provient de l'exploitation de la tourbe afin de pouvoir suivre l'efficacité des mesures d'atténuation mises en place;
  3. de développer et procéder au transfert à l'industrie d'un outil complet de conception des bassins de sédimentation, incluant les structures de contrôle;
  4. une première validation de l'efficacité d'indicateurs biotiques et abiotiques de la santé du milieu récepteur;
  5. de former des étudiants, associées de recherche et stagiaires de premier cycle universitaire;
  6. de transférer des connaissances aux partenaires industriels. Les retombées directes pour l'industrie de la tourbe seront nombreuses, car les entreprises pourront acquérir non seulement de nouvelles connaissances, mais aussi de nouvelles compétences afin d'intégrer de meilleures pratiques de gestion sur leurs sites de récolte. L'implication de l'APTHQ, regroupement qui représente la quasi-totalité des entreprises du secteur de la production de tourbe au Québec, permettra que ses membres adoptent les recommandations issues de cet important effort de recherche.

L'association accompagne déjà les industriels dans leurs démarches en gestion responsable des tourbières et les plans de gestion de la qualité de l'eau font partie des priorités du plan d'action quinquennal 2013-2018 du créneau Accord Tourbe & Agroenvironnement (hébergé et coordonné par l'APTHQ) adopté par l'ensemble des parties prenantes de cette filière. Les résultats du présent projet contribueront donc directement à l'amélioration des pratiques industrielles liées à la production de tourbe.

Appel de propositions

Pour consulter l'appel de propositions, cliquez ici.