Étude de la faisabilité de l'extraction liquide-liquide des métaux lourds chélatés

 

Serge Alex

Collège de Maisonneuve

 

Domaine : environnement

Programme de recherche pour les enseignants de collège

Concours 2013-2014

Le CÉPROCQ a développé des technologies originales pour séparer et extraire les métaux lourds. Ces techniques sont basées sur l'extraction liquide-liquide réactive. Ceci consiste à mettre en présence l'eau chargée en cations métalliques avec une phase organique supportant un tensio-actif qui a la capacité d'échanger ses protons avec les ions.

Suite à cette opération, les métaux lourds se retrouvent piéger dans la phase organique. Si le pH et le tensio-actif sont bien choisis, il est possible d'extraire sélectivement les cations à condition d'utiliser en série un contacteur membranaire suivi d'un chromatographe de partage centrifuge (CPC) dans lequel la phase mobile est remplacée par l'échantillon.

La réussite de ce traitement est liée au contrôle rapide des variations de pH, un facteur clé mais difficile à obtenir à cause de la conception mécanique des CPC qui limite l'accès et l'ajustement rapide du pH. Aussi, on se propose dans ce projet de vérifier s'il est possible de rendre l'extraction indépendante du pH à ce niveau. Pour cela, on a choisi de chélater les ions métalliques avec des polymères pour masquer leurs charges. Ainsi, ils seraient extraits sous une forme neutralisée avec des extractants non chargés, ce qui éviterait l'habituel échange de protons et les variations de pH non désirées que cela implique en CPC.