Étude du contrôle épigénétique sur l'immunité chez les végétaux

 

Peter Moffet

Université de Sherbrooke

 

Domaine : organismes vivants

Programme projet de recherche en équipe

Concours 2011-2012

Les plantes sont constamment confrontées aux maladies causées par différents types de pathogènes tels les virus, les bactéries, les champignons, etc. Les pertes annuelles engendrées par ces maladies sont très significatives et ont un impact important sur l'économie mondiale. En revanche, les plantes sont capables de sentir l'attaque d'un agent pathogène via des signaux produits au moment des premiers stades d'infection. Ces signaux induisent la réponse immune de la plante qui lui permet de détruire l'agent pathogène. Pour pouvoir mettre en place une réponse immune optimale ainsi qu'un développement normal, la plante a mis en place, entre autres, des processus épigénétiques capables de réduire les voies de signalisation qui contrôlent son développement et sa croissance pour ainsi se focaliser sur la destruction du pathogène. Le contrôle épigénétique est largement défini comme un changement dans l'expression génique sans altération des séquences nucléotidiques.

Nos résultats préliminaires montrent les processus épigénétiques médiés par la méthylation de l'ADN qui sont requis pour la résistance contre des agents pathogènes. La voie de la méthylation de l'ADN régule négativement une voie de signalisation qui contrôle le développement et la croissance optimale de la plante.

Notre objectif général est donc de comprendre les mécanismes qui permettent la mise en place de ces processus dans un contexte plante-pathogène. Nous croyons que cette compréhension permettra de découvrir de nouveaux gènes essentiels à la mise en place de l'immunité, ce qui mènera à long terme à de nouvelles stratégies de protection des plantes contre les microorganismes.