Les oscillations neuronales et la mémoire verbale : une nouvelle approche électro-encéphalographique appliquée aux processus et troubles langagiers

 

Victor J. Boucher

Université de Montréal

 

Domaine : organismes vivants

Programme projet de recherche en équipe

Concours 2013-2014

Notre proposition exploite la découverte d'un effet d'entraînement d'ondes EEG pour clarifier les liens entre les processus sensoriels et la mémoire verbale. Il a été découvert que des stimuli rythmiques réinitialisent la phase d'oscillations EEG de basse fréquence (delta) qui couplent avec des ondes de plus hautes fréquences, dont thêta et gamma, impliquées dans la mémoire.  

Des travaux récents montrent que, lors de l'écoute de la parole, thêta et gamma correspondent aux syllabes et aux transitions de formants des sons. Nos recherches utilisant l'EEG ont aussi dévoilé qu'il y a une détection de groupes temporels rythmiques dans la parole ayant une périodicité conforme aux ondes delta. Ces groupes correspondent aux «chunks» que l'on crée, par exemple, en récitant un numéro de téléphone et qui facilitent la mémoire sérielle.

En somme, la recherche fait ressortir que l'entraînement d'ondes delta>thêta>gamma peut sous-tendre l'effet facilitant du chunking sur la mémoire de séries de sons, qui est une fonction essentielle dans le traitement et l'acquisition du langage. Dans cette optique, nous voulons évaluer si la perception de groupes temporels rythmiques dans la parole influence la phase d'oscillations EEG et si ces changements favorisent la mémoire verbale. On veut aussi déterminer si la vue d'un visage et de rythmes articulatoires module les oscillations EEG de façon à rehausser la mémoire. Les résultats auront une portée fondamentale sur la nature du chunking et sont essentiels à l'élaboration de protocoles sur les troubles développementaux du langage où le couplage d'ondes EEG et l'intégration d'information multi-sensorielle font défaut.