Mise en lumière de nouveaux mécanismes de gestion des ressources maternelles supportant le développement du jeune embryon

 

Claude Robert

Université Laval

 

Domaine : organismes vivants

Programme projet de recherche en équipe

Concours 2014-2015

Il est connu que c'est durant la croissance de l'ovule que sont accumulées les ressources nécessaires à supporter le début de la vie embryonnaire. Ces réserves sont programmées pour être utilisées séquentiellement de façon à supporter les premières divisions cellulaires jusqu'à ce que l'embryon prenne le contrôle de sa destinée. La grande majorité des pertes embryonnaires surviennent avant que ces réserves ne soient épuisées suggérant que c'est la mauvaise gestion de ces ressources qui est en cause.

Présentement très peu de choses sont connues des mécanismes gérant ces réserves maternelles. Il y a bien certains processus de décrits chez des espèces modèles (c.-à-d. mouche à fruit et amphibiens) mais aucune correspondance n'a été trouvée chez les mammifères. Le projet repose sur une nouvelle hypothèse voulant que la gestion des réserves maternelles, sous forme d'ARN accumulés dans l'ovule, nécessite une stabilisation de ces molécules grâce à l'ajout de groupements chimiques et que l'utilisation progressive de ces réserves se fait par l'action des protéines de la famille « Fragile X mental retardation proteins » (FXRP).

Cette hypothèse découle de résultats préliminaires qui confirment la présence d'ARN méthylés, d'un lien existant entre la présence de ces résidus et FMRP (une des trois FXRP) ainsi que la présence des FXRP dans l'ovocyte et l'embryon. Les objectifs du projet visent à caractériser l'importance de ces éléments dans le développement du jeune embryon.

Les résultats permettront une contribution unique à la compréhension des mécanismes supportant le développement embryonnaire chez les grands mammifères.