Mortalité causée par la tordeuse des bourgeons de l'épinette dans la forêt boréale: effet de la mosaïque forestière et du climat, et conséquences pour le bilan de carbone

 

Daniel David Kneeshaw

Université du Québec à Montréal

 

Domaine : organismes vivants

Programme projet de recherche en équipe

Concours 2014-2015

Durant les périodes épidémiques, les insectes peuvent causer plus de mortalité que les feux et la récolte forestière et ainsi influencer le bilan de carbone. Il y a un débat dans la littérature sur l'effet potentiellement protecteur de la diversité forestière ainsi que du rôle du climat sur la sévérité des épidémies. La mortalité des arbres est influencée par l'interaction entre les facteurs biotiques, comme les épidémies, et les facteurs abiotiques comme le stress hydrique.

Nous testerons l'hypothèse de l'effet de la diversité arborescente sur les dommages causés par les insectes, et ce à de multiples échelles temporelles et spatiales. Beaucoup de théories évoquent l'importance des échelles sur les épidémies, mais ceci a rarement été étudié à cause d'un manque de données prises à de multiples échelles. Pour pallier ce problème, nous combinerons des techniques de télédétection (Simard/Daniel), d'inventaires forestiers (Bergeron/DeGrandpré/Kneeshaw), d'entomologie forestière (Pureswaran) et de modélisation (Peng/Kneeshaw). Cette approche multidisciplinaire permettra de comprendre les facteurs qui influencent la mortalité à différentes échelles.

Finalement, nous évaluerons comment la mortalité accrue des arbres, due au stress hydrique et à la défoliation causée par les épidémies d'insectes, affecte le bilan de carbone. La compréhension des facteurs influençant la mortalité sera cruciale pour déterminer quels peuplements passeront de puits, à source de carbone. Nos travaux seront donc critiques pour la mise en place de stratégies d'intervention contre les épidémies et pour relever les défis associés à l'aménagement forestier.