Nouvelle stratégie de mesures géophysiques en souterrain dédiée au développement des mines profondes

 

Chercheur responsable

Li Zhen Cheng, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue

 

Domaine : Ressources naturelles

Programme projet de recherche orientée en partenariat : Développement durable du secteur minier (3e concours)

Concours 2016-2017

Durée du projet : 3 ans

Budget total accordé au projet : 300 000 $

Partenaire financier

  • Ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles

Partenaire du projet

  • Agnico Eagle Mines Ltd.

Équipe de recherche

  • Pierre Bérubé, Abitibi Géophysique
  • Michel Chouteau, Université de Montréal
  • David Fortin, Agnico-Eagle Mines Limited
  • Annie Laberge, Agnico Eagle Mines Limited
  • Marc Legault, Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue
  • Jean-Claude Mareschal, Université du Québec à Montréal
  • Patrick Mercier-Langevin, Ressources Naturelles Canada (NRCAN)
  • Li Zhen Cheng, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue

Objectifs

Les mines, notamment celles dans le nord-ouest québécois, exploitent le minerai à des profondeurs de plus en plus grandes, ce qui pose un défi grandissant en terme d'évaluation des ressources en métaux, de méthodes d'exploitation, influençant grandement les coûts et, conséquemment, la prise de décision. Le projet proposé mise sur l'application de techniques géophysiques souterraines novatrices mises en oeuvre en milieu souterrain et combinant les informations provenant des mesures géophysiques à la surface, en forages et dans des galeries souterraines.

L'objectif visé est d'accroître la profondeur d'investigation en trois dimensions et d'ainsi contribuer à augmenter, à moindre coût, la précision de l'évaluation des ressources et réserves en profondeur. Ces développements s'inscrivent directement dans la perspective du Créneau 1 du "Programme de recherche en partenariat sur le développement durable du secteur minier" du FRQNT. La mine LaRonde (puits Penna), qui atteint une profondeur de 3.1 km, est parmi les dix mines les plus profondes au monde. Une telle profondeur constitue un environnement de travail complexe, notamment en ce qui concerne le renouvellement des réserves, lesquelles dépendent de la quantité de minerai et aussi de sa teneur, et l'évaluation des conditions physiques du massif rocheux. Tout ceci amène à la nécessité de développer des techniques permettant/facilitant l'exploration profonde. Ceci permettra de prolonger la durée de vie des mines souterraines, d'optimiser les installations existantes, et de réduire les risques pour la sécurité des travailleurs. L'avantage net des méthodes géophysiques est leur capacité à fournir des informations géologiques entre et sous les galeries souterraines de même que d'augmenter le rayon d'investigation des forages.

Résultats attendus et retombées escomptées

Les résultats attendus du projet seront une nouvelle méthodologie des mesures géophysiques qui s'adapte à la situation de l'exploration et l'exploitation minière à très grande profondeur; l'indentification des impacts sur les mesures, un nouvel algorithme sur l'élimination de bruits typiques dans les mines profondes; et une amélioration des algorithmes d'interprétation de données électriques et électromagnétiques adoptés pour des configurations de mesure non conventionnelles. L'ensemble des résultats seront intégrés dans un protocole novateur. Ce protocole sera diffusé aux compagnies minières au Canada et dans le monde, le défi étant commun à toutes les mines souterraines profondes.

Appel de propositions

Pour consulter l'appel de propositions, cliquez ici.