Optimisation de procédés de production d'inoculants mycorhiziens

 

François Gobeil

Biopterre

 

Domaine : organismes vivants

Programme de recherche pour les chercheurs de collège

Concours 2016-2017

La presque totalité des plantes terrestres vivent en relation symbiotique avec des champignons mycorhiziens du sol, facilitant ainsi l'acquisition de ressources normalement difficiles d'accès comme le phosphore, un élément peu mobile.

Il est connu que l'utilisation des mycorhizes est une avenue crédible pour réduire la dépendance du secteur agricole au phosphore minéral mais leurs avantages sont bien plus vastes : structuration des sols, réduction des stress hydriques et assimilation facilitée d'autres éléments comme l'azote et le potassium favorisent aussi la croissance optimale des plantes, l'augmentation des rendements et la réduction de l'incidence de certaines maladies. Malgré ce potentiel remarquable, la diversité des produits commerciaux à base de mycorhizes est faible et peu de souches sont présentement disponibles pour les entreprises.

La nature symbiotique des mycorhizes complique le développement de productions d'inoculants à grande échelle, et l'accessibilité à une expertise de production demeure encore aujourd'hui l'enjeu principal pour l'utilisation et la valorisation de la diversité des mycorhizes. Le présent projet de recherche vise à identifier la stratégie de production permettant la meilleure faisabilité technique et économique pour quatre souches issues de sites productifs de bleuet nain cultivé et de ginseng agroforestier. Différentes techniques de multiplication in vitro et en substrats seront testées, sélectionnées puis optimisées.

À terme, l'expertise acquise sera transférable aux autres secteurs agricoles, horticoles et agroforestiers et permettra d'offrir une gamme complète de services de R&D appliquée à la production d'inoculants mycorhiziens sur mesure.