Partenariat entre l'ovocyte et les cellules somatiques qui l'entoure pour le contrôle de la compétence au développement via le transfert d'ARN ou de protéines

 

Claude Robert

Université Laval

 

Domaine : organismes vivants

Programme projet de recherche en équipe

Concours 2010-2011

Encore aujourd'hui, les mécanismes cellulaires et moléculaires impliqués dans la préparation de l'ovocyte durant sa croissance au sein du follicule ovarien sont mal connus. Par contre, il est clair que ces étapes de croissance et de différentiation sont directement liées avec la capacité du futur ovule à être fécondé et à soutenir les premiers stades du développement embryonnaire. Plusieurs études récentes ont démontré que les cellules folliculaires et le gamète forment un syncytium physiologique et qu'ils communiquent via l'action de molécules sécrétées (second messagers et protéines).

Nos résultats préliminaires suggèrent qu'il existe un niveau supplémentaire d'échange impliquant les premières couches de cellules somatiques qui ont des projections membranaires qui traversent la zone pellucide qui entoure le gamète. Nous avançons l'hypothèse qu'il existe un transfert d'ARN et/ou de protéines de ces cellules vers l'ovocyte durant sa maturation finale et que ces échangent affectent le potentiel au développement embryonnaire du gamète. Ce concept est ambitieux puisqu'aucun événement de la sorte n'a été rapporté chez les mammifères. Par contre, chez plusieurs insectes, il existe une catégorie de cellules somatiques appelées nourricières qui fournissent à l'ovocyte des protéines et des ARN.

La composition de l'équipe vise à combiner plusieurs expertises complémentaires pour observer et étudier le transport de particules entre les cellules du cumulus et l'ovocyte. Ce projet effectué dans l'espèce bovine a un potentiel d'applications au niveau de l'amélioration de la fécondité du cheptel laitier québécois.