Mot de la directrice scientifique



1er mai 2019

Je suis à la fois honorée et touchée d'avoir la possibilité de servir le milieu de la recherche en tant que nouvelle directrice scientifique du Fonds de recherche du Québec – Nature et technologies (FRQNT). Avant ma nomination en mars 2019, j'ai été professeure en sciences animales à l'Université Laval pendant près de 25 ans et j'étais doyenne associée à la recherche à la Faculté des sciences de l'agriculture et de l'alimentation depuis 2011. Durant ces années, ma carrière a grandement bénéficié du soutien du FRQ : j'ai obtenu du financement dans le cadre du programme FCAR Nouveau chercheur, j'ai été chercheuse principale et cochercheuse dans plusieurs équipes de recherche et j'ai été membre du Réseau québécois en reproduction, un réseau stratégique du FRQNT. Bon nombre des diplômés avec lesquels j'ai travaillé au fil du temps ont reçu des bourses d'études du FRQNT. Je suis bien placée pour comprendre la valeur socioéconomique de cet organisme, étant donné que la plupart de ces personnes hautement formées travaillent maintenant dans le domaine ou forment de nouvelles recrues, contribuant ainsi au bien-être du public.

Grâce au dévouement de Maryse Lassonde, ma prédécesseure, de Rémi Quirion, scientifique en chef du Québec, et de membres du personnel talentueux, le FRQNT se porte bien. Cependant, certains défis devront être relevés.

D'abord, bien qu'il y ait une excellente parité des sexes chez les chercheurs recevant des prix ou des bourses d'études du FRQNT, un écart important persiste entre le nombre de femmes et d'hommes qui posent leur candidature. De même, très peu de réseaux stratégiques sont dirigés par des femmes. Le FRQNT poursuivra ses efforts visant à faire augmenter le nombre de femmes en « nature et technologies » ainsi qu'à améliorer l'équité, la diversité et l'inclusion à tous les échelons.

Ensuite, bien qu'il contribue à de nombreux programmes, dont le Fonds d'excellence en recherche Apogée Canada, qu'il participe à de multiples collaborations internationales et qu'il offre plusieurs prix et bourses d'études en partenariat avec Mitacs et le CRSNG, le FRQNT manque de visibilité. Nous lançons une campagne de sensibilisation mettant en évidence le rôle clé qu'il joue dans tous les domaines de recherche, tant au Québec qu'ailleurs dans le monde.

L'un de mes principaux objectifs est de continuer d'accroître le budget du FRQNT et d'assurer sa pérennité. La recherche fondamentale et la recherche appliquée étant toutes deux essentielles au progrès socioéconomique, je m'efforcerai de trouver un équilibre sain entre les deux. Des membres de l'équipe du FRQNT et moi visiterons toutes les universités québécoises, ainsi que de nombreux cégeps et CCTT. Nous sommes impatients d'établir avec la communauté un dialogue qui guidera l'évolution du FRQNT et l'aidera à répondre le mieux possible aux besoins des chercheurs, des stagiaires et du public.

Cordialement,

Janice Bailey