Édition numéro 56



5 novembre 2013

Mot de la directrice scientifique

Chers membres de la communauté scientifique des sciences naturelles, des mathématiques et du génie,

Un mot sur la Politique nationale de recherche et d'innovation

Le 16 octobre dernier, le gouvernement du Québec annonçait, par la voix du ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie, monsieur Pierre Duchesne, la nouvelle Politique nationale de recherche et d'innovation. J'accueille avec enthousiasme cette Politique où le Fonds de recherche du Québec – Nature et technologies (FRQNT), conjointement avec les deux autres Fonds de recherche du Québec, sera interpellé au premier chef dans sa mise en œuvre. En effet, cette Politique contient plusieurs mesures directement liées aux secteurs des sciences naturelles, des mathématiques et du génie.

Soulignons d'abord ce qui nous touche de près, à savoir la bonification de 25% des budgets de base des Fonds qui passent ainsi de 147 M$ à 185 M$. Je salue le travail de l'équipe ministérielle et du scientifique en chef du Québec, monsieur Rémi Quirion, pour avoir fait valoir l'importance des Fonds de recherche du Québec dans le système de la recherche et de l'innovation. Grâce à ces nouveaux fonds, le FRQNT devrait retrouver son niveau de financement de 2011-2012 qui, avec les crédits de la dernière Stratégie québécoise de la recherche et de l'innovation, était de 50,2 M$.

En plus d'être majorés, les budgets seront pérennisés pour les cinq prochaines années, ce qui contribuera à assurer le soutien à long terme et la stabilité du financement de la recherche universitaire et collégiale. Cette décision gouvernementale tient compte de la réalité du milieu, les recherches s'effectuant généralement sur plusieurs années. Mentionnons aussi que le soutien à la relève demeure un élément important de la Politique puisque les budgets permettant aux Fonds d'attribuer différentes bourses sont reconduits.

Les trois grands défis de société identifiés dans la Politique interpellent directement les chercheurs en sciences naturelles et génie, notamment celui sur le développement durable, où ils seront invités à contribuer à de grandes initiatives de recherche intersectorielle. De plus, cinq des sept domaines identifiés comme prioritaires par la Politique concernent la recherche effectuée en sciences naturelles et génie (aérospatiale, bioalimentaire, biotechnologies, technologies de l'information et des communications, énergies renouvelables et électrification des transports). La Politique reconnait également l'importance des sciences, des technologies, du génie et des mathématiques, les secteurs couverts par le FRQNT, dans le développement de la culture scientifique, et que celle-ci doit être renforcée par différentes mesures au sein de la société québécoise. Avec cette Politique, le gouvernement québécois montre clairement que la recherche et l'innovation sont au cœur de notre développement comme société du savoir. À titre de directrice scientifique du FRQNT, je salue cette décision et j'invite toute la communauté scientifique des sciences naturelles, des mathématiques et du génie à participer à cet effort de diffusion de la recherche et de l'innovation dans notre société.

Un mot sur certains changements effectués dans nos programmes

Dans un tout autre ordre d'idées, en juin 2013, le FRQNT annonçait certaines modifications aux règles de ses programmes, notamment au programme Projet de recherche en équipe. Ces modifications, qui avaient fait l'objet de réflexions et de nombreuses discussions de la part de plusieurs instances du FRQNT, et qui ont ensuite été entérinées par les membres du conseil d'administration à la séance de juin 2013, ont eu un certain impact pour quelques chercheurs de la communauté. Certains échos entendus récemment à différentes tribunes m'incitent aujourd'hui à expliquer davantage les raisons justifiant ces changements, ainsi que leurs portées pour les chercheurs.

Rappelons tout d'abord les faits. Dans les dernières années, le nombre de demandes admissibles dans le programme Projet de recherche en équipe augmentait substantiellement, alors que l'enveloppe budgétaire demeurait à peu de choses près la même. En 2010-2011, 227 demandes ont été soumises au programme, tandis qu'en 2013-2014, 292 demandes étaient considérées admissibles selon les règles alors en vigueur. Cet accroissement appréciable occasionnait une diminution du taux de succès dans le programme. Par ailleurs, les membres des comités thématiques et des comités multidisciplinaires déplorent depuis plusieurs années le fait que d'excellentes demandes ne peuvent être financées parce qu'un certain nombre de chercheurs utilisent ce programme d'une façon qui a été qualifiée par les comités d'évaluation comme abusive; certains chercheurs faisaient même partie de six équipes.

Considérant les commentaires formulés par les membres de comités, et compte tenu de l'augmentation significative des demandes dans ce programme dont le budget est restreint, le comité des programmes du FRQNT a proposé de limiter à deux le nombre de participations à des équipes comme chercheur principal. Ceci n'empêche toutefois pas les chercheurs d'être collaborateurs dans d'autres équipes.

Les programmes du FRQNT doivent avoir un effet de levier et ne peuvent se substituer aux programmes réguliers de subvention du Conseil de recherche en sciences naturelles et en génie du Canada. Notre mandat consiste également à financer plusieurs domaines de recherche et secteurs d'activités couverts par le FRQNT, et d'aider les chercheurs à devenir compétitifs dans les grands concours fédéraux.

Nécessairement, le conseil d'administration du FRQNT doit tenir compte de la situation budgétaire qui prévaut, tant au fédéral qu'au provincial, afin de prendre les meilleures décisions pour s'assurer d'atteindre les principaux objectifs des programmes et de répondre aux mandats gouvernementaux qui nous sont confiés.

Le FRQNT vise à soutenir l'excellence en recherche et nos programmes de financement doivent avoir de réelles retombées pour la communauté scientifique des sciences naturelles, des mathématiques et du génie. Nous sommes conscients qu'un certain nombre d'excellents projets de recherche déposés dans le programme Projet de recherche en équipe se verront exclus, compte tenu des nouvelles règles et de l'enveloppe budgétaire restreinte. Cette situation n'est pas optimale, mais elle est liée au fait que le budget du programme Projet de recherche en équipe n'a jamais pu être majoré au cours des dernières années.

J'espère vivement que ces explications éclairent les membres de notre communauté et qu'ils comprendront mieux cette décision. J'espère également que l'ajout de crédits liés à la nouvelle Politique nationale de recherche et d'innovation permettra de favoriser davantage la recherche en équipe et répondra aux attentes gouvernementales voulant favoriser la recherche inter-ordre, qu'elle soit de nature fondamentale ou appliquée.

Nouvelles du Fonds

Suivi de la séance du Conseil d'administration

Adoption de modifications aux règles du programme Regroupements stratégiques 2015-2016

Le 3 octobre dernier avait lieu la 63e séance du conseil d'administration du FRQNT. Au cours de cette séance, les membres ont approuvé les modifications aux règles du programme Regroupements stratégiques

Les principales modifications sont de trois ordres :

  • les deux volets du programme, soit Regroupement de chercheurs et Regroupement autour d'une infrastructure matérielle qui répond à des besoins importants d'accès à une installation majeure et aux services qui lui sont associés, ont été mieux définis;
  • les critères de sélection et du mode d'attribution de la subvention ont également été mieux précisés;
  • le programme fera preuve d'une plus grande ouverture à la double appartenance, à savoir qu'un chercheur d'un centre hospitalier pourra également être membre d'un regroupement stratégique d'un centre universitaire, ce qui n'était pas le cas auparavant. Cette ouverture s'inscrit dans la volonté de favoriser les collaborations intersectorielles.

Par ailleurs, au cours de la séance, Paul-André Lapointe de l'Université Laval a été invité à présenter les résultats de son étude sur la situation des professionnels de recherche dans les universités et centres affiliés du Québec. Cette rencontre a permis aux membres d'avoir une vue d'ensemble de la réalité des professionnels de recherche et suscité un riche échange.

Nouveau programme

Programme de partenariats stratégiques en matière d'enseignement et de recherche (CFQCU) 2013-2014

Avec ce programme, le Conseil franco-québécois de coopération universitaire (CFQCU) veut répondre aux besoins des universités dans le contexte d'une internationalisation croissante des réseaux de l'économie du savoir. Un partenariat stratégique se définit ici comme un regroupement d'enseignants/chercheurs provenant d'universités françaises et québécoises qui travaillent ensemble afin de structurer une filière d'excellence académique ou scientifique. Leurs travaux s'inscrivent dans une politique universitaire de recherche ou de formation (articulation enseignement – apprentissage).

La date limite pour le dépôt du dossier complet de candidature est le 11 décembre 2013. L'annonce des résultats se fera en mai 2014.

Consultation à venir

Les trois Fonds de recherche du Québec sont à élaborer une politique commune en matière de conduite responsable en recherche. Le scientifique en chef vous invite à participer à la consultation publique sur le sujet qui sera accessible dès la mi-novembre dans le site Web du FRQ.

Prix, concours et distinctions

Concours Étudiants-chercheurs étoiles et prix ADESAQ

La troisième édition du concours Étudiants-chercheurs étoiles est présentement en cours. La lauréate de juillet est Marion Cousineau dont les travaux ont permis de mieux comprendre les fondements neurologiques de l'amusie congénitale, un trouble permanent de la perception et de la production de la musique. Le lauréat d'août est Étienne Low-Décarie qui a démontré que l'évolution de plusieurs espèces de phytoplancton d'eau douce ne se fera pas en lien avec l'augmentation de la concentration de gaz carbonique dans l'atmosphère. Le lauréat de septembre est Étienne Boulais qui propose une avenue prometteuse de recherche en oncologie.

Le FRQNT félicite ces trois gagnants. Les autres récipiendaires au concours seront dévoilés au cours des prochains mois. Pour en savoir plus sur les lauréats des éditions passées, visitez le site Web du FRQ.

Le 26 septembre 2013 se tenait la première édition de la Journée de la relève, organisée par l'ACFAS en collaboration avec les Fonds de recherche du Québec. Monsieur Rémi Quirion, scientifique en chef du Québec, a profité de la présence d'Étienne Boulais pour lui remettre son prix en personne.

Par ailleurs, lors de la remise des prix étudiants de l'ACFAS, les Fonds de recherche du Québec décernaient, comme à tous les ans, les prix de l'Association des doyens des études supérieures au Québec (ADESAQ) pour la meilleure thèse de doctorat dans chacun des grands secteurs de recherche. Le FRQNT a remis le prix ADESAQ 2013 à Shulabh Gupta, diplômé au doctorat en génie électrique de Polytechnique Montréal.

Nouveaux Membres de la Société Royale du Canada

Le 9 septembre 2013, la Société Royale du Canada dévoilait ses nouveaux membres parmi lesquels figurent trois professeurs-chercheurs associés aux regroupements stratégiques du FRQNT.

Anne de Vernal, du Département des sciences de la Terre et de l'atmosphère de l'Université du Québec à Montréal, est membre du Centre de recherche en géochimie et géodynamique GEOTOP. Elle a réalisé des recherches sur le rôle de la couverture de glace de mer dans la dynamique climat-océan qui ont été d'une grande utilité dans les travaux de modélisation paléoclimatique internationale.

Brahim Benmokrane, du Département de génie civil de l'Université de Sherbrooke, est directeur du Centre de recherche sur les infrastructures en béton et titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les matériaux composites d'avant-garde pour les structures de génie civil. Ses travaux ont permis de mettre au point des façons novatrices d'utiliser les matériaux composites afin de renforcer le béton, réduisant ainsi la détérioration des infrastructures civiles.

Raman Kashyap, du Département de génie électrique et du Département de génie physique de l'École Polytechnique de Montréal, est membre du Centre de recherche en électronique radiofréquence et détient la Chaire de recherche du Canada en photonique. Il y a 25 ans, M. Kashyap réalisait une découverte qui permet encore aujourd'hui de faire fonctionner sans danger tous les réseaux optiques, composantes optiques et lasers à fibre à haute puissance.

Ces professeurs-chercheurs ont été nommés membres de la Société Royale du Canada en reconnaissance de leurs contributions exceptionnelles à la vie intellectuelle du Canada. Ce titre prestigieux, le plus grand honneur qui puisse être accordé à un universitaire qui travaille dans les domaines des arts, des lettres et des sciences, leur sera remis lors de la prochaine cérémonie de la Société Royale du Canada qui aura lieu le 15 novembre 2013 à Banff, en Alberta. Le FRQNT transmet ses plus sincères félicitations à ces trois nouveaux membres.

Prix du Québec

Le 28 octobre 2013, le gouvernement du Québec décernait les Prix du Québec 2013. Le FRQNT souhaite souligner plus particulièrement l'attribution de deux de ces prix :

Prix Marie-Victorin

James D. Wuest, du Département de chimie de l'Université de Montréal. Chimiste de renommée internationale, le professeur Wuest a développé son propre champ de recherche, la tectonique moléculaire, qui vise à comprendre et contrôler la position des molécules les unes par rapport aux autres. Ses découvertes ont grandement contribué à l'avancement de la science des matériaux.

Prix Lionel-Boulet

Roger Lecomte, de la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l'Université de Sherbrooke. Les travaux du professeur Lecomte ont mené à de nombreuses avancées scientifiques et technologiques dans le domaine de l'imagerie médicale, notamment la technologie des détecteurs à photodiodes qui est utilisée pour l'imagerie préclinique en recherche médicale.

Prix de l'Acfas

À l'occasion du 69e Gala de l'Acfas tenu le 8 octobre 2013, deux lauréats dont les travaux de recherche sont associés au FRQNT ont été dévoilés :

Prix Michel-Jurdant

Jean Bousquet, du Département des sciences du bois et de la forêt de l'Université Laval. Le professeur Bousquet est membre du Centre d'études de la forêt (CEF).

Prix Urgel-Archambault

Christophe Caloz, du Département de génie électrique à l'École Polytechnique de Montréal. Le professeur Caloz est membre du Centre de recherche en électronique radiofréquence (CREER).

À surveiller

Sommet de Montréal sur l'innovation

Le jeudi 7 novembre 2013 aura lieu à l'Hôtel Hyatt Regency la troisième édition du Sommet de Montréal sur l'innovation (SMI), dont le thème cette année est « Réseaux intelligents et durables ». Réunissant des intervenants de haut calibre, ces conférences sont aussi l'occasion pour les professeurs-chercheurs de se lier aux industries et de développer des axes de recherche stratégique. Pour plus de détails et vous inscrire.

Gala de l'ADRIQ

Le 23e Gala de l'Association pour le développement de la recherche et de l'innovation du Québec (ADRIQ) se tiendra le jeudi 21 novembre 2013 au Centre Sheraton de Montréal. Le Gala des Prix Innovation de l'ADRIQ est certainement le rendez-vous à ne pas manquer pour le milieu de l'innovation technologique au Québec. Lors du Gala, le FRQNT, en collaboration avec le CRSNG, remettra le Prix Jeunes Innovateur | Stage en milieu de pratique à un boursier qui a réalisé, lors d'un stage, un projet pratique et développé une solution technique originale à un problème concret, solution qui présente un potentiel de mise en application et de commercialisation intéressant. Pour plus d'informations sur le Gala et acheter vos billets.

Journée de la recherche

La Journée annuelle de la recherche du FRQNT aura lieu le lundi 10 mars 2014 au Centre technologique en aérospatiale de Longueuil. Cette rencontre annuelle est une occasion unique de démontrer la contribution de la recherche en sciences naturelles, en sciences mathématiques et en génie à l'avancement des connaissances, à l'innovation et à la prospérité du Québec. Elle constitue également un moment privilégié pour échanger avec les partenaires publics et privés du Fonds, de même que la communauté universitaire et collégiale.

La thématique Collaborations collèges-universités a été retenue cette année pour permettre de découvrir la richesse, la diversité et la multidisciplinarité des travaux de recherche menés en collaboration par des chercheurs universitaires et des chercheurs de collèges.