Mot de la directrice scientifique



19 janvier 2017

Avant toute chose, je tiens à vous souhaiter, à vous et à vos familles, une très heureuse année 2017. J'espère sincèrement que celle-ci vous apportera satisfaction et succès dans votre travail et, surtout, qu'elle sera empreinte de bonheur et de santé.

Le présent bulletin vous fait part du renouvellement de mon mandat en tant que directrice scientifique du Fonds de recherche du Québec – Nature et technologies (FRQNT). Je profite de l'occasion pour dresser ici le bilan des principales actions que j'ai accomplies au cours des cinq dernières années.

Une grande partie de mon travail a été dédiée au renforcement du soutien à la relève scientifique. À la suite de demandes ministérielles et pour faire écho au Plan stratégique du FRQNT 2014-2017, nous avons créé des nouveaux programmes favorisant l'initiation à la recherche tôt dans le parcours académique, soit au collégial et au 1er cycle universitaire. De même, nous avons renforcé la mobilité des étudiants québécois et fait en sorte d'attirer les meilleurs étudiants étrangers, notamment à l'aide de stages internationaux pour les étudiants des regroupements stratégiques et de bourses de stages d'été Globalink pour étudiants étrangers, en partenariat avec Mitacs.

Parmi les actions qui me sont chères, permettez-moi de souligner mon engagement soutenu pour améliorer l'attraction, la progression et la rétention des femmes dans les carrières scientifiques. Ainsi, j'ai vu à l'instauration de nouvelles mesures de conciliation travail-vie sociale, tant pour les boursiers que pour les chercheurs, et j'ai collaboré à plusieurs initiatives en lien avec la participation des femmes dans les carrières en sciences naturelles et génie (SNG). En particulier, je mentionnerai mon rôle dans l'organisation, conjointement avec le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG), de la conférence internationale Gender Summit, qui aura lieu pour la première fois au Canada en novembre 2017, à Montréal. De plus, j'ai favorisé l'adhésion des Fonds de recherche du Québec et de notre ministère au projet SAGA de l'UNESCO, qui vise à améliorer les pratiques d'intégration des femmes en sciences.

Durant ce mandat, j'ai également voulu favoriser le développement de la recherche au collégial en assouplissant les règles de programmes conçus pour encourager la recherche, tant dans les collèges que dans les centres collégiaux de transfert de technologie (CCTT), et en rendant admissibles la rémunération d'assistanat, les bourses et les compléments de bourses à des étudiants collégiaux dans tous les programmes du FRQNT.

Mon mandat aura été marqué par des fluctuations budgétaires importantes ayant eu une répercussion sur certains de nos programmes phares, Projet de recherche en équipe et Regroupements stratégiques en particulier. Néanmoins, nous avons bénéficié de nouveaux octrois grâce à des partenariats ministériels ayant permis à la communauté scientifique en SNG de réaliser des projets de recherche sur l'exploration durable des mines, la production et la transformation de l'aluminium, l'agriculture nordique et autres thématiques. De plus, alors qu'il y a cinq ans le FRQNT ne possédait aucun partenariat international, plusieurs programmes internationaux sont maintenant accessibles aux chercheuses et chercheurs en SNG, à travers des ERA-NETs, ou des ententes spécifiques avec la Chine, la Flandre, Cuba, la Wallonie, les pays scandinaves, la Bavière et Israël.

Ces réalisations ont été possibles grâce au travail d'une fabuleuse équipe répartie entre le FRQNT et les services partagés des FRQ. Il est rare que l'on souligne le dévouement de telles personnes, certaines ayant travaillé depuis 35 ans pour les Fonds, d'abord au Fonds FCAR, puis au FQRNT et maintenant au FRQNT ! J'ai accepté de renouveler mon mandat en grande partie en raison de la présence de cette équipe remarquable, mais aussi de la synergie qui s'est établie au sein de la bannière commune FRQ au cours des dernières années.

Soyez assurés qu'en 2017 et pour les années à venir, conjointement avec le scientifique en chef du Québec, Rémi Quirion, je poursuivrai mes efforts pour valoriser l'excellence de la recherche en SNG auprès de toutes les instances, gouvernementales ou autres, en souhaitant vivement qu'ils se traduisent par une augmentation – et une pérennisation – des crédits permettant le maintien de l'excellence québécoise dans ces domaines de pointe.