Améliorer la conception des applications mobiles



Il serait aujourd'hui difficile de se passer des applications mobiles offertes sur nos appareils électroniques. Pour tenter de mieux répondre aux besoins des consommateurs, elles doivent être en constante évolution. Ce développement rapide cache toutefois un côté sombre : les concepteurs ont parfois tendance à négliger l'élaboration des logiciels, ce qui nuit à la qualité des applications. Un problème auquel s'est attaquée Naouel Moha, professeure au Département d'informatique de l'Université du Québec à Montréal (UQAM) et coordonnatrice du groupe de recherche SOMCA.

Les corrections et les améliorations de la structure doivent permettre de préserver le comportement et les fonctionnalités initiales de l'application. 

Fruit d'une collaboration entre l'Université de Lille et l'UQAM, ce groupe de recherche est soutenu par l'Institut national de recherche en informatique et en automatique (Inria) et par le Fonds de recherche du Québec – Nature et technologies, et a donné lieu à la création de Paprika, une trousse d'outils qui permet d'analyser le code et de détecter automatiquement des défauts dans la conception ou le codage des applications mobiles. Une fois ces défauts identifiés, encore faut-il les corriger. L'équipe de recherche souhaite maintenant mettre au point un outil qui le ferait automatiquement, mais cette étape n'est pas une mince tâche. En effet, les corrections et les améliorations de la structure doivent permettre de préserver le comportement et les fonctionnalités initiales de l'application. Récemment, l'équipe s'est aussi intéressée aux failles de sécurité causées par des problèmes de conception. Elle a réalisé qu'en travaillant en amont et en analysant le code au fur et à mesure du développement du système, on peut détecter les défauts de sécurité avant de lancer l'application sur le marché.

La complémentarité des domaines de recherche fait la force de cette collaboration. Alors que l'équipe de Lille s'intéresse aux applications mobiles, celle de l'UQAM étudie la qualité des logiciels. La combinaison de ces deux expertises a fait émerger de nouvelles thématiques de recherche, dont l'analyse de la qualité des applications. Récemment, une équipe de chercheurs du Luxembourg, spécialisée en défauts de sécurité, est venue grossir les rangs de SOMCA.