Évolution du volume de bois carié et de bois sec et sain : vers des tables de production en volume utilisable



L'objectif général de ce projet de recherche est de raffiner les tables de production actuelles en évaluant la proportion du volume brut impropre à la transformation (carie) et le volume supplémentaire qu'il est possible de récolter sous forme de bois sec et sain. De façon à ce que ces évaluations soient efficaces des points de vue opérationnel et écosystémique, nous proposons de les baser sur la dynamique de succession naturelle de la forêt boréale de l'est du Québec.

L'étude de la  dynamique des perturbations naturelles a mis en évidence que le feu, malgré un intervalle de retour relativement long (270 à 500 ans), est la perturbation naturelle la plus importante sur la Côte-Nord. Ainsi, nous avons utilisé le temps écoulé depuis le dernier feu comme variable temporelle pour la partie du projet visant à quantifier le volume de bois carié et de bois sec et sain. Le volume maximal de carie présent dans un peuplement est atteint autour de 100 ans après feu, c'est-à-dire au moment où le volume sur pied du peuplement est maximal.

Dans le cas du bois sec et sain, son volume est important au cours de premières années suivant un feu pour ensuite diminuer, puis augmenter de nouveau à partir d'environ 150 ans après un feu. Puisque le volume de carie présent dans un peuplement est inférieur au volume de bois des arbres secs et sains, l'ajustement des courbes de production est positif, mais de faible amplitude. Des tests de transformation en usine laissent toutefois présager qu'il ne serait pas rentable de récolter les bois secs et sains les plus dégradés (arbres avec décollement de l'écorce). Finalement, des essais de résistance mécanique indiquent que la susceptibilité des arbres au bris de tige augmente avec l'importance de la carie de tronc.

Chercheur responsable

David Pothier, Université Laval

Équipe de recherche

  • Isabelle Duchesne (FPInnovations)
  • Sylvie Gauthier (Ressources Naturelles Canada)
  • Nancy Gélinas (Université Laval)
  • Daniel David Kneeshaw (Université du Québec à Montréal)
  • Jean-Claude Ruel (Université Laval)

Durée

2006-2010

Montant

195 000 $

Partenaire financier

  • Fonds Forestier du ministère des Ressources naturelles et de la Faune

Appel de propositions

Aménagement et environnement forestiers