Influence du profil minéral de la ration sur la production de matière grasse du lait



La proportion élevée de concentrés devant être incorporées aux rations pour soutenir les besoins des vaches laitières haute-productrices induit bien souvent des perturbations de l'équilibre du rumen qui se répercutent l'efficacité de production de matières grasses du lait. L'acidose ruminale subclinique (ARSC) est donc un problème majeur en production laitière auquel sont associées d'importantes pertes économiques, celles-ci résultant non seulement d'une diminution de la production de matières grasses mais également d'une diminution des volumes de lait produits, d'une réduction de l'efficacité alimentaire et d'une réforme prématurée des animaux.

De récents travaux ont démontré que chez des vaches en production recevant une ration riche en glucides rapidement fermentescibles, une modification au profil minéral de la ration, en augmentation de la différence alimentaire cations-anions (DACA), provoquait une augmentation de la prise alimentaire et de la production laitière. Une augmentation de la DACA pourrait aussi altérer la fermentation et augmenter le pH ruminal. Parallèlement, d'autres travaux ont mis en lumière la possibilité qu'une augmentation de la DACA puisse prévenir les modifications au sein des sentiers de biohydrogénation ruminale qui sont généralement associés aux rations riches en concentrés et qui ont des effets inhibiteurs importants sur la synthèse de la matière grasse laitière. Cependant, les études effectuées n'ont pas permis de départager les effets systémiques de la DACA de ses effets sur la fermentation ruminale. À ce jour, il n'est pas non plus possible de départager les effets de la DACA, de la teneur en ions K+ et du pouvoir tampon de la ration sur les performances des vaches laitières hautes productrices. Ce projet visait donc à: 1)départager les effets de la DACA, de la teneur en K et du pouvoir tampon de la ration sur la biohydrogénation des acides gras polyinsaturés dans le rumen et la teneur en matières grasses du lait; 2) chez la vache haute-productrice recevant une ration riche en concentrés, vérifier l'interaction entre des apports de K2CO3 et d'huile de soya (source d'acides gras polyinsaturés) sur les populations microbiennes du rumen, la biohydrogénation des acides gras et les performances animales.

Les résultats de notre étude ont d'abord permis de vérifier qu'il existe une grande variabilité entre les vaches d'un même troupeau quant à la capacité de leur rumen à résister à des rations riches en concentrés. Par ailleurs, nous avons observé que l'ajout de K2CO3 à la ration entraîne des modifications des populations bactériennes, qui à leur tour préviennent la synthèse ruminale d'acides gras inhibiteurs de la synthèse des matières grasses du lait. Cependant, contrairement aux résultats obtenus par d'autres équipes de recherche, l'expérience actuelle n'a pas permis d'associer une augmentation de la DACA et/ou des concentrations en potassium de la ration à un accroissement de la production quotidienne de matières grasses laitières. De plus, cette étude nous a permis de constater que l'augmentation des teneurs en K de la ration via l'ajout de K2CO3 entraîne un déséquilibre ionique qui nuit aux performances des animaux, notamment la production laitière.

L'avancement des connaissances scientifiques quant à l'impact du profil minéral de la ration sur les performances des animaux nous permet de mieux cibler les stratégies d'alimentation qui ont un réel impact sur la production et la composition du lait de la vache haute-productrice. Les données recueillies nous permettent aussi de mieux comprendre l'importance de l'équilibre ionique de la ration sur l'efficacité de la glande mammaire à produire du lait. Ces résultats nous permettent d'élaborer des stratégies nutritionnelles innovantes qui, une fois intégrées aux systèmes d'alimentation, auront d'importantes retombées économiques pour les producteurs.

Chercheure responsable

Édith Charbonneau, Université Laval

Équipe de recherche

  • Yvan Chouinard, Université Laval
  • Alain Fournier, MAPAQ
  • Rachel Gervais, Université Laval
  • Daniel Lefebvre, Valacta
  • Gaëtan Tremblay, Centre de recherche et de développement sur les sols et les grandes cultures

Durée

2013-2016

Montant

219 997 $

Partenaires financiers

  • Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec
  • Novalait inc.

Appel de propositions

Innovation en transformation et en production laitières