La mémoire des océans



Le climat de la Terre a déjà été plus chaud qu'il ne l'est aujourd'hui. Cela peut sembler difficile à croire, mais il y a environ 125 000 ans, il faisait deux degrés de plus que maintenant, ce qui correspond au réchauffement prévu d'ici 2050. « Pourquoi ne pas étudier cette période chaude pour mieux anticiper le climat de l'avenir ? » s'est dit Anne de Vernal, professeure au Département des sciences de la Terre et de l'atmosphère de l'Université du Québec à Montréal.

« Pourquoi ne pas étudier cette période chaude pour mieux anticiper le climat de l'avenir ? »

En analysant des assemblages de microfossiles, elle retrace la circulation océanique et les conditions climatiques des hautes latitudes de l'hémisphère Nord sur plusieurs milliers d'années. Elle espère que ces données aideront les modélisateurs à tester et à valider leurs modèles de prévisions climatiques.

La chercheure recueille dans des sédiments marins qui se trouvent au fond de l'Atlantique Nord, de la mer du Labrador et de la baie de Baffin des échantillons – et des données – qui remontent parfois à des millions d'années. Elle se concentre principalement sur l'étude des kystes des dinoflagellés, une sorte d'algue unicellulaire. Ces kystes produits lors de la reproduction se fossilisent dans les sédiments. Ce sont d'excellents indicateurs des variations de salinité, de température et de l'étendue de la glace de mer. Ce paramètre, difficile à retracer dans le temps, est très important pour étudier la dynamique du climat, car la glace détermine l'albédo, c'est-à-dire la quantité d'énergie qui est réfléchie plutôt qu'absorbée à la surface des océans.

Anne de Vernal a obtenu beaucoup d'échantillons et de données grâce à des collaborations internationales, notamment dans le cadre du projet européen sur les changements du climat Past4Future. Aidée de son équipe, dont André Rochon, professeur en géologie marine à l'Institut des sciences de la mer de Rimouski, elle relève maintenant le défi de retracer le climat du passé en accordant une attention particulière à l'océan Arctique et aux mers subarctiques.