La télédétection au service des morts



Parmi ses nombreuses applications, la télédétection en a une qui est plutôt inusitée : retrouver des cadavres perdus! Margaret Kalacska, professeure de géographie à l'Université McGill, utilise en effet l'imagerie hyperspectrale pour repérer des corps enfouis dans des fosses clandestines. Le principe? Les corps en décomposition modifient la chimie du sol environnant et des plantes qui y poussent, ce qui change leur signature spectrale. Des capteurs installés à bord d'un avion recueillent ces variations de lumière émises par le sol et les végétaux, qui sont ensuite combinées en image.

Margaret Kalacska peaufine ces approches afin qu'elles puissent être utilisées dans le cadre d'enquêtes sur des personnes disparues.

Lors de ses premiers travaux au Costa Rica, la professeure Kalacska valide que la chlorophylle, cette molécule qui capte l'énergie solaire et qui donne aux feuilles leur couleur verte, est deux fois plus concentrée dans les plantes établies sur des charniers. La force des longueurs d'ondes réfléchies par la chlorophylle trahit donc la présence de cadavres enterrés. La chercheuse et ses étudiants, en collaboration avec d'autres géographes, des anthropologues et le Conseil national de recherches du Canada, ont récemment amélioré cette technique de repérage au parc Safari, près de Montréal. L'imagerie hyperspectrale leur a permis de retracer des restes d'animaux enterrés, en vue de les exposer dans un musée.

Actuellement, l'équipe travaille dans un cimetière expérimental à Ottawa, où sont enfouis des carcasses d'animaux provenant d'abattoirs. Les scientifiques veulent notamment vérifier comment la taille et le volume des cadavres influencent les variations chimiques et hyperspectrales du sol dans le temps. Ils évaluent également un autre indicateur de repérage : la production de gaz. Les chercheurs ont mesuré que les charniers génèrent entre 1000 et 10 000 fois plus de méthane que l'environnement immédiat, œuvre des bactéries responsables de la décomposition. Margaret Kalacska peaufine ces deux approches afin qu'elles puissent être utilisées dans le cadre d'enquêtes sur des personnes disparues ou par les tribunaux de crimes de guerre.