Olivier Ouellette en vedette dans CURIUM



Consultez le publireportage de la revue CURIUM (édition avril 2018),
magazine « science et société » québécois destiné aux adolescents.

Olivier Ouellette... Brillant avenir

Étudiant au doctorat, génie électrique et informatique, Université de Toronto

Sa grande idée?

Olivier a développé un détecteur à radiation ultraviolette peu coûteux, rapide et sensible. Fabriqué à partir des microcristaux de pérovskites, son photodétecteur décèle la présence de flammes en temps réel, grâce à leur signature UV particulière. Ceci permettrait éventuellement d'améliorer la localisation d'incendies, mais également de repérer les missiles, un défi technologique important dans le secteur de la défense.

Son défi

« Le terrain de jeu du chercheur, c'est la planète. J'ai dû quitter ma famille et mes amis de Montréal afin de poursuivre mes études supérieures à Toronto. Je vis mon quotidien dans une langue - et à bien des égards, une culture - qui ne sont pas les miennes. C'est une adaptation. »

Fascinants pérovskites

« Les pérovskites sont un matériau semiconducteur dont la conductivité électrique est grandement améliorée lorsqu'on les illumine. Leur procédé de fabrication est beaucoup plus simple que le silicium ou le germanium. Ils peuvent donc créer des dispositifs aux performances impressionnantes, mais à faible coût, comme des cellules solaires, des transistors et des détecteurs. »

Comment ça marche?

« Différents semi-conducteurs absorbent différentes couleurs de lumière, ou longueurs d'onde. Le détecteur peut détecter la lumière de courte longueur d'onde (ultraviolette), mais pas la lumière visible ou infrarouge, dont la longueur d'onde est plus longue. Ceci permet à notre détecteur de distinguer la lumière provenant d'un incendie ou d'un missile de celle provenant du Soleil, par exemple. »

Siffler en travaillant

« Je tombe souvent dans la lune et j'oublie que des gens se trouvent autour de moi. Il m'arrive de me mettre à siffler ou à chanter pendant que je fais mes expériences, ce qui fait bien rire mes collègues! »

Son conseil pour les futurs chercheurs

« La charge de travail est élevée, il est donc crucial d'être passionné par son domaine. Le travail d'équipe est aussi primordial. Si un collègue est meilleur que nous, c'est l'occasion parfaite pour apprendre et nous améliorer. Pas de place pour l'orgueil! À notre tour, nous pourrons partager nos forces et notre expertise. Pour le détecteur, par exemple, nous avons collaboré avec des chercheurs d'Arabie Saoudite afin de modifier la structure et améliorer la qualité du matériau. »

♦♦♦

Consultez le résumé de sa publication primée.