Sélection de l'habitat du pékan et de la martre en forêt feuillue : effets cumulatifs des perturbations anthropiques et évaluation des perceptions des trappeurs autochtones


Les suivis de populations d'animaux à fourrure sont relativement rares en raison de leurs faibles densités. Outre les données de captures, l'expérience des piégeurs permet d'en apprendre davantage sur l'écologie et l'état des populations des espèces exploitées. Le pékan (Pekania pennanti) et la martre d'Amérique (Martes americana) sont des mustélidés sensibles à l'aménagement forestier et considérés comme des indicateurs écologiques de la santé de la forêt. Depuis le début des années 2000, les ventes de fourrures de pékan semblent indiquer une augmentation des populations qui pourrait causer une extension vers le nord-est de l'aire de répartition de l'espèce en Amérique du Nord et un chevauchement accru avec l'aire de répartition de la martre. Qui plus est, les habitats des deux espèces subissent des perturbations d'origines naturelles et anthropiques. Le premier objectif de cette étude était de documenter les savoirs locaux des piégeurs, dans la zone septentrionale de répartition sympatrique du pékan et de la martre d'Amérique, afin d'identifier les facteurs pouvant expliquer les variations de populations de ces deux espèces et les interactions entre elles. Nous avons réalisé 41 entrevues avec des piégeurs autochtones et non-autochtones. L'expérience des piégeurs a permis de souligner que le pékan et la martre ne sont pas exclusifs aux forêts résineuses, bien que la martre y soit plus étroitement associée que le pékan. En outre, le pékan semble même profiter des milieux ouverts, incluant les milieux agroforestiers. Ainsi, le pékan serait moins affecté que la martre par l'aménagement forestier et profiterait davantage des changements climatiques, qui facilitent les conditions de neige portante favorables à ses déplacements. De plus, le pékan a été identifié comme un compétiteur voire un prédateur important de la martre.

Afin de tester ces hypothèses émises par les piégeurs, nous avons utilisé le nombre de fourrures vendues annuellement dans 86 unités de gestion des animaux à fourrure (UGAF) du Québec. L'objectif général était de déterminer les impacts respectifs des changements d'habitat et des conditions climatiques sur les populations de pékan et de martre entre les saisons de piégeage 1984-1985 et 2014-2015. Les quantités de peaux de pékans et de martres vendues annuellement ont donc été analysées en fonction de facteurs environnementaux liés au changement de couvert forestier, de milieu agricole et des conditions de neige au sol.

Nos résultats montrent la pertinence des hypothèses émises par les trappeurs, et donnent un poids plus important aux modifications de l'habitat pour expliquer les variations des captures de pékans. Le pékan bénéficierait surtout d'un accroissement des forêts feuillues et mixtes de plus de 4 m, engendré par des décennies d'activités de récolte forestière qui ont rajeuni la matrice forestière.

Chercheur responsable

Louis Imbeau, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue

Équipe de recherche

  • Louis Imbeau, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue
  • Marianne Cheveau, Ministère du Développement Durable, de l'Environnement et de la lutte contre les changements climatiques
  • Hugo Asselin, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue
  • Pierre Drapeau, Université du Québec à Montréal
  • Marc J. Mazerolle, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue

Durée

3 ans

Montant

215 000 $

Partenaire financier

  • Ministère de la Forêt, de la Faune et des Parcs

Appel de propositions

Aménagement et environnement forestiers-V