Utilisation de la variabilité génétique familiale de l'épinette blanche pour améliorer l'enracinement et l'architecture du système racinaire des plants issus de boutures



Problématique

Le bouturage est une technique de production de plants forestiers permettant la multiplication d'individus provenant des meilleurs croisements entre parents sélectionnés. Cette approche se justifie par les gains génétiques supérieurs engendrés. Cependant, les critères de sélection n'ont jamais mis l'accent sur l'architecture racinaire et l'enracinement des plants, une étape essentielle en matière de multiplication végétative, gouvernée par des interactions complexes entre plusieurs facteurs (origine génétique, techniques culturales, etc.).

Les plants issus de boutures doivent respecter les 25 normes et critères de qualification du MRNF qui sont appliqués aux plants avant leur livraison. L'insuffisance racinaire représente la principale cause de rejets des plants produits en récipients. Il s'avère nécessaire d'évaluer la variabilité génétique en matière d'enracinement, d'architecture et de physiologie des racines des boutures d'épinette blanche, puisqu'ils ont un développement racinaire qui diffère de celui des semis, même s'ils proviennent des mêmes familles.

Objectifs

L'étude a pour objectif général d'évaluer la variabilité génétique et l'héritabilité des caractères architecturaux des systèmes racinaires des boutures issues de 75 familles uniparentales d'épinette blanche (Picea glauca [Moench] Voss.), et de quantifier les corrélations phénotypiques et génétiques entre les caractères.

Résultats obtenus et retombées actuelles et prévues

L'estimation des paramètres génétiques a montré que l'enracinement des boutures d'épinette blanche est sous contrôle génétique. Les héritabilités familiales de la masse racinaire étaient très élevées lors des trois stades de croissance. Au stade B+1, de fortes corrélations génétiques de type A ont été observées entre la masse racinaire en fonction de la hauteur ou du diamètre et demeurent relativement constantes au stade B+2.

Nos résultats ont des applications dans la filière de génétique-bouturage et pourront contribuer à l'identification les croisements qui devraient être faits en priorité pour s'assurer à la fois d'un bon enracinement et d'une croissance supérieure des plants issus de boutures.

Chercheur responsable

Hank Margolis

Équipe de recherche

  • Line Lapointe, Université Laval
  • Mohammed Lamhamedi, MRNF
  • Jean Beaulieu, SCF- RNC

Durée

2007-2010

Montant

225 000 $

Partenaires financiers

  • Ressources naturelles Canada

Appel de propositions

Aménagement et environnement forestiers - III (1er concours)