Analyse protéomique des réseaux de signalisation dépendants des récepteurs tyrosine kinase de la famille EPH et de leurs fonctions dans la ségrégation cellulaire et la polarité épitheliale

 

Nicolas Bisson

Université Laval

 

Domaine : organismes vivants

Programme projet de recherche en équipe

Concours 2018-2019

Les réponses aux stimuli extracellulaires sont transmises via des réseaux de signalisation qui s'organisent en aval de récepteurs membranaires, tels les récepteurs tyrosine kinase (RTK). Les récepteurs EPH représentent la plus vaste famille de RTK. Il est déjà bien établi qu'ils jouent un rôle crucial dans la motilité cellulaire et le positionnement approprié des cellules à l'intérieur de tissus complexes. Cependant, les mécanismes moléculaires sous-jacents sont toujours incompris. Notre équipe a entrepris de caractériser les réseaux de signalisation en aval des récepteurs EPH les plus représentatifs de la famille. Pour ce faire, nous avons utilisé une approche innovante de protéomique, le marquage de proximité (BioID), pour identifier les protéines impliquées dans la signalisation EPH. Les données obtenues ont permis l'identification de 188 protéines, la plupart étant de nouveaux intermédiaires signalétiques pour ces récepteurs. Notamment, nous avons mis en évidence des protéines impliquées dans la ségrégation et dans la polarité cellulaires. Nos objectifs spécifiques sont les suivants :

  1. Analyser l'implication des candidats identifiés dans la régulation de la ségrégation cellulaire contrôlée par les récepteurs EPH;
  2. Déterminer l'implication de la signalisation EPH dans l'établissement et/ou le maintien de la polarité cellulaire.

Notre approche unique et la complémentarité des expertises au sein de notre équipe permettront d'élucider les réseaux de signalisation et aussi de mettre en évidence de nouveaux mécanismes moléculaires dans la signalisation EPH. Nous réussirons aussi à déterminer lesquels sont requis pour la régulation de la ségrégation et la polarité cellulaires.