Fonctionnalité de polysaccharides d'origine marine comme adjuvants vétérinaires

 

Yvan Boutin

Cégep de Lévis-Lauzon

 

Domaine : organismes vivants

Programme de recherche pour les chercheurs de collège

Concours 2019-2020

Le contrôle des épidémies dans les élevages d'animaux domestiques (épizooties) est une préoccupation constante des producteurs et des gouvernements provinciaux et fédéral. Le Québec n'y échappe pas. On assiste régulièrement à des épidémies dans les élevages bovins, porcins et de volailles, entraînant de lourdes pertes, sans compter que certaines de ces infections peuvent être problématiques pour l'humain. Parmi les mesures mises de l'avant pour favoriser un contrôle des épizooties, la vaccination demeure une approche de choix. Dans bien des cas, bien qu'un vaccin soit disponible pour prévenir une infection, il s'avère peu efficace. L'une des façons d'augmenter son efficacité est d'utiliser un adjuvant approprié. Ce dernier, lorsque coadministré avec le vaccin, favorise la réponse immunitaire contre l'agent infectieux. Bien que des efforts considérables ont été mis au cours des dernières années pour développer des adjuvants, peu sont encore disponibles pour usage vétérinaire. De nouvelles stratégies émergent afin de proposer d'autres approches qui pourraient être gagnantes. Parmi celles-ci, l'utilisation de polysaccharides d'origine végétale comme adjuvants offre une perspective intéressante pour le développement de nouveaux adjuvants.

Les algues regorgent de polysaccharides qui leur sont propres et plusieurs bioactivités, dont immunomodulatrice, leur sont associées. Ce projet propose d'évaluer le potentiel adjuvant de polysaccharides isolés de diverses espèces d'algues brunes que l'on rencontre dans le golfe du Saint-Laurent. S'il s'avère que l'un ou plusieurs de ces polysaccharides possèdent une telle bioactivité, cela pourrait représenter un débouché intéressant afin de valoriser cette biomasse largement disponible. Le projet est divisé en trois étapes. Tout d'abord, différentes préparations de polysaccharides divers seront dépistées pour leur potentiel immunomodulateur en utilisant un essai in vitro. Les préparations démontrant les meilleures activités seront par la suite évaluées pour leur capacité à activer et favoriser la maturation des cellules dendritiques. Ces dernières sont des actrices primordiales de la réponse immune. Une activation adéquate de ces cellules favorisera la réponse immune contre un vaccin coadministré avec l'adjuvant. L'activité adjuvant d'une de ces préparations sera évaluée par la suite chez la souris en mesurant la réponse spécifique contre un antigène. Tout d'abord, l'ovalbumine de poulet sera choisie comme antigène. Cette molécule est une référence dans ce genre d'étude. Finalement, comme le projet vise la vaccination vétérinaire, l'efficacité de l'adjuvant sélectionné sera aussi évaluée dans un modèle semblable, mais en utilisant l'antigène principal du virus de la diarrhée épidémique du porc. Aux termes du projet, il est espéré d'avoir identifié au moins une préparation de polysaccharides d'algues brunes démontrant la bioactivité recherchée. Ces travaux pourront ouvrir la voie à des collaborations futures avec d'autres institutions de recherche afin de démontrer l'efficacité de ce nouvel adjuvant dans des modèles d'animaux d'élevage.