Identification de réseaux de gènes spécifiques d'un type cellulaire régulant la réponse à la sécheresse du peuplier

 

Olivia Wilkins

Université McGill

 

Domaine : organismes vivants

Programme : établissement de nouveaux chercheurs universitaires

Concours 2017-2018

La sécheresse est l'une des principales causes de dépérissement de la forêt boréale. Les arbres forestiers répondent aux conditions de sécheresse en modifiant leurs processus physiologique et développemental. L'une de ces réponses est la régulation de la fermeture d'orifices, constitués de deux cellules de garde présentes sur la face des feuilles appelées stomates, qui favorisent les échanges d'eau et de dioxyde de carbone entre la plante et l'air ambiant afin de réduire le taux d'évapotranspiration.

Mon projet de recherche vise à caractériser les mécanismes moléculaires qui contrôlent les cellules de garde du peuplier hybride en réponse à la sécheresse en combinant des approches de mesures physiologiques, de données du transcriptome et de l'architecture de la chromatine, ainsi que des méthodes d'inférence de réseaux.

Ce projet de recherche comporte deux objectifs précis: (1) caractériser l'effet de différents taux de déficit hydrique sur le transcriptome des cellules de garde. (2) caractériser l'effet du moment de la journée sur la fonction et la structure des réseaux de régulation des gènes des cellules de garde. Les effets de la sécheresse sur la forêt boréale représenteront un défi considérable pour les décennies à venir et conséquemment, une meilleure compréhension des réseaux régulateurs des cellules de garde sera essentielle afin d'améliorer la réponse des arbres forestiers face à cette condition, et ce, de manière stratégique.

Ce projet de recherche contribuera également à la formation d'étudiants de 2e et de 3e cycle dans le domaine émergent de la biologie systémique des plantes.