Interaction subcellulaire et moléculaire de mélanges de métaux traces chez des espèces de moules

 

Maikel Rosabal Rodriguez

Université du Québec à Montréal (UQAM)

 

Domaine : environnement

Programme : établissement de nouveaux chercheurs universitaires

Concours 2018-2019

L'évaluation du risque toxicologique d'éléments traces représentent un outils incontournable pour prédire les effets toxiques de ces contaminants les organismes aquatiques ce qui permet le développement durable des ressources naturelles et la préservation des écosystèmes. Cependant, la plupart de ces études écotoxicologiques sont basées sur des effets des métaux individuels, une approche qui manque de réalisme, car les métaux sont rarement présents seuls dans l'environnement. Dans ce contexte, il existe présentement un manque criant d'information concernant les effets toxiques d'expositions à des mélanges d'éléments traces, plus particulièrement, d'un point de vue cellulaire et moléculaire. Afin de pallier ce manque d'informations, ce projet vise à déterminer les interactions toxicologiques de combinaisons binaires d'éléments traces sur deux espèces de moules maintenant trouvées dans le fleuve Saint-Laurence, la moule zébrée (Dreissena polymorpha) et la moule quagga (Dreissena bugensis). Nous proposons d'exposer ces deux espèces de moules à des combinaisons de cadmium (Cd) et d'argent (Ag) ou de nickel (Ni) ainsi qu'à des combinaisons de lanthanide (La) et de l'yttrium (Y) ou de gadolinium (Gd) afin de déterminant leurs interactions en considérant i) la bioaccumulation, ii) la distribution subcellulaire, iii) et l'identification des biomolécules ciblées par ces contaminants. Cette étude novatrice impliquant deux types d'expositions (métal individuel versus mélange de métaux) et des approches fondées sur des techniques de pointe telles que la métallomique environnementale (i.e, le fractionnement subcellulaire et techniques "hyphenated") va révéler des interactions entre métaux pour des molécules cibles, interactions qu'il est crucial d'identifier pour mieux comprendre la toxicité de mélanges d'éléments traces et éventuellement développer de nouveaux biomarqueurs d'exposition. Ces stratégies novatrices et les données engendrée permettront le développement de modèles d'évaluation du risque environnemental des métaux traces dans les systèmes aquatiques plus fiables car plus réalistes.