Interactions entre les espèces de petits mammifères, les parasites et la structure du paysage, et conséquences sur l'émergence de la maladie de Lyme au Québec

 

Virginie Millien

Université McGill

 

Domaine : organismes vivants

Programme projet de recherche en équipe

Concours 2011-2012

Les maladies de la faune suscitent des préoccupations de plus en plus importantes à l'échelle globale, aussi bien pour la santé humaine que pour celle des animaux sauvages et domestiques. La maladie de Lyme en particulier figure parmi les maladies suscitant l'attention des autorités au Québec, puisqu'elle est en cours d'émergence dans la province. La tique à pattes noires, I. scapularis, constitue le vecteur principal de la maladie de Lyme dans le Nord-Est américain. Ce parasite obligatoire dont l'hôte principal au stade larvaire est la souris à pattes blanches (Peromyscus leucopus) ne se déplace pas plus de quelques mètres et sa dispersion dépend donc exclusivement du mouvement de son hôte.

Notre objectif est d'évaluer l'effet des interactions entre les hôtes, le vecteur et le paysage sur le patron et le taux d'émergence de la maladie de Lyme au Québec. Nous proposons d'utiliser une combinaison de techniques moléculaires et d'analyses spatiales pour évaluer ses interactions et leur influence sur le patron d'émergence de la maladie de Lyme.