L'héritage de la culture itinérante sur la biodiversité, le cycle nutritif des sols et la séquestration du carbone dans l'Amazonie péruvienne

 

Jeanine Rhemtulla

Université McGill

 

Domaine : environnement

Programme établissement de nouveaux chercheurs universitaires

Concours 2011-2012

La culture par jachère itinérante est un des facteurs les plus importants de déforestation tropicale. Bien que la déforestation ait de nombreuses conséquences écologiques, la régénération forestière secondaire pendant la période de jachère de ce système cyclique peut restaurer d'importantes fonctions de l'écosystème comme la biodiversité, le stockage de carbone et la fertilité des sols.

La recherche sur les écosystèmes dans les régions tempérées semble indiquer que l'utilisation passée des sols peut influencer leur structure et leur fonction pour des centaines, voire des milliers d'années. Mais on en sait peu sur leurs effets dans les écosystèmes tropicaux, notamment ceux qui sont soumis à des cycles culturaux répétés. Jusqu'ici, j'ai cartographié en détail l'utilisation et le couvert passés des champs et jachères forestières d'un village de paysans des forêts tropicales humides de l'Amazonie péruvienne. Ici, je propose d'examiner les effets de l'âge des jachères, des antécédents culturaux (durée moyenne de la jachère et nombre de cycles antérieurs) et du paysage sur la biomasse forestière, la composition des espèces et la composition nutritive du sol des jachères forestières secondaires.

Les résultats obtenus nous aideront à mieux comprendre les effets de l'utilisation des sols sur la biodiversité, le carbone, et le cycle nutritif des sols en milieu tropical. De plus, les pratiques d'utilisation des sols étant corrélées au statut socioéconomique des agriculteurs, ils éclaireront aussi les liens entre la pauvreté et le fonctionnement des écosystèmes.