L'importance de la plasticité transgénérationnelle et de l'adaptation rapide dans la détermination de la sensibilité des espèces marines habitant différentes régions climatiques

 

Piero Calosi

Université du Québec à Rimouski

 

Domaine : organismes vivants

Programme : Établissement de nouveaux chercheurs universitaires

Concours 2016-2017

Le taux et l'intensité auxquels les changements globaux (CG) se produisent sont une menace grave pour la biodiversité marine (GIEC - IPCC, 2013). Par exemple, la ‘tropicalisation' des communautés naturelles est un risque réel pour les écosystèmes tempérés. En plus, l'acidification des océans représente une menace grave pour la biodiversité.

Une compréhension solide des mécanismes par lesquels les espèces marines vont faire face aux changements rapides de l'environnement est primordiale afin de prédire leurs risques d'extinctions. La majorité des études antérieures s'est attardée aux réponses plastiques à court terme d'un seul stress, à un seul stade de développement, pour une seule espèce à la fois. Mon projet sera le premier à vérifier si les invertébrés marins peuvent s'adapter rapidement aux CG et si la plasticité phénotypique peut représenter un mécanisme alternatif pour faire face à ces changements.

Je vais mener des expériences multigénérationnelles avec des espèces de polychètes marins d'origine climatique tropicale, tempérée et polaire, exposées à différentes combinaisons de température et CO2 avec une approche de génétique quantitative. Des traits d'histoire de vie et physiologiques seront mesurés à chaque stade de développement, pour chaque génération pour vérifier la direction et l'intensité des réponses plastique et adaptative.

L'objectif de mon projet est de répondre aux questions suivantes: (i) la plasticité transgénérationnelle et/ou l'adaptation rapide peut-elle sauver les invertébrés marins de l'extinction en période de CG? (ii) Quels sont les coûts liés à la plasticité et à l'adaptation? (iii) Y a-t-il des différences dans ces réponses entre les espèces en fonction de la région climatique d'où elles proviennent?