La théorie des cordes et ‘lubie'

 

Sarah Harrison

Université McGill

 

Domaine : nature et interactions de la matière

Programme : établissement de nouveaux chercheurs universitaires

Concours 2018-2019

Ce projet a pour but d'étudier les symétries discrètes qui contrôlent nombres de systèmes physiques, ainsi que leur relation avec divers domaines de recherche en mathématiques incluant la théorie des groupes, la théorie des nombres, l'algèbre, et la géométrie.  L'objectif est de comprendre comment ces relations peuvent mener à de nouveaux et profonds théorèmes en mathématiques,
et d'élucider des questions fondamentales en physique théorique concernant la nature des trous noirs et de la gravité quantique.
 
Spécifiquement, ce travail aura comme focus certaines relations entre les groupes sporadiques et les formes automorphes connues collectivement
comme ‘lubie' ou ‘moonshine', et leur relation avec la théorie des cordes.