Le rôle de la perception sensorielle dans le maintien des différences individuelles d'agressivité chez l'araignée veuve noire

 

Pierre-Olivier Montiglio

Université du Québec à Montréal

 

Domaine : organismes vivants

Programme : établissement de nouveaux chercheurs universitaires

Concours 2019-2020

Comment les animaux ajustent leur comportement en fonction des changements de leur environnement ? Quels aspects de l'environnement sont perçus par les animaux, ou quels sont les indices qu'ils utilisent pour percevoir les changements de conditions (est-ce qu'ils utilisent le son, la température, ou encore la lumière) ? Sans réponse à ces questions, il nous est impossible d'expliquer comment le comportement animal évolue, et comment les animaux se comporteront dans un nouvel environnement. L'objectif de ce projet est d'analyser dans quelle mesure les différences de perception sensorielle entre les araignées veuves noires expliquent leurs différences de comportement. Il utilisera l'araignée veuve noire comme objet d'étude pour analyser comment ces araignées perçoivent leur environnement, et comment elles ajustent leur comportement face aux changements environnementaux qu'elles perçoivent. Chez cette araignée, les femelles utilisent les vibrations transmises par leur toile pour détecter leurs proies et les mâles durant la saison de reproduction. Ainsi, la toile de soie de ces araignées est une composante importante de leur système sensoriel. Les femelles qui sont les plus agressives face à leurs proies ont aussi plus de chances de dévorer les mâles avant même de copuler avec eux. On se demande si ces différences d'agressivité entre les femelles sont dues à des différences dans la capacité de leurs toiles à transmettre les vibrations. Ce projet quantifiera le comportement des femelles tout en manipulant leur capacité à percevoir leur environnement. Il combinera l'écologie sensorielle (comment les organismes perçoivent leur environnement) et l'écologie comportementale (pourquoi ces organismes ont évolué pour se comporter comme ils le font) pour 1) analyser comment la structure des toiles tissées par les femelles affecte la capacité de ces toiles à transmettre les vibrations, 2) analyser comment le niveau d'agressivité d'une femelle varie avec la capacité de sa toile à transmettre les vibrations, et 3) quantifier la contribution des différences de perception sensorielles et de décisions comportementales à la variation de comportement entre les femelles. Premièrement, nous créerons des signaux vibratoires standardisés mimant les vibrations des proies et des mâles et les appliquerons sur la toile de 40 femelles pour mesurer comment ces toiles vibrent. Deuxièmement, nous testerons la tendance des femelles à attaquer en réponse à ces vibrations sur différentes toiles. Finalement, nous conduirons une expérience mesurant l'agressivité d'un groupe de femelles tout en variant la toile sur laquelle elles se trouvent. Cette expérience départagera les effets de chaque toile et de chaque femelle sur les différences d'agressivité. Elle permettra ainsi de faire de meilleures prédictions quant à l'évolution du comportement animal, et à la manière des animaux de se comporter dans un nouvel environnement dans le futur.