Les mécanismes neuronaux qui permettent les réponses comportementales aux attributs de deuxième ordre chez les poissons faiblement électriques

 

Maurice Chacron

Université McGill

 

Domaine : organismes vivants

Programme projet de recherche en équipe

Concours 2013-2014

Nous devons traiter l'information sensorielle de façon efficace afin d'interagir avec notre environnement. Hors, la plupart des stimuli qui se trouvent dans note environnement naturel contiennent à la fois des caractéristiques de premier et deuxième ordre. Par exemple, les sons (ex. musique) se caractérisent par une structure fine (premier ordre) qui varie rapidement dans le temps dont l'amplitude (aussi appelée enveloppe) (deuxième ordre) varie plus lentement. Bien que des expériences de comportement nous ont montré que nous utilisons les variations de l'enveloppe afin de bien percevoir les sons dans notre environnement, on ne sait toujours pas comment notre cerveau traite ces stimuli complexent.

Nous proposons d'étudier les réponses comportementales des poissons faiblement électriques aux enveloppes qui caractérisent les stimuli qui se trouvent dans leur environnement naturel. Nos données préliminaires montrent que l'on peut obtenir des réponses comportementales simples et fiables de ces poissons qui, de plus, ne requièrent aucun mouvement vu qu'il s'agit de modifications de leur champ électrique.

Nous proposons d'étudier les mécanismes par lesquels s'opèrent le traitement des enveloppes dans leur cerveau et qui permettent ces réponses comportementales. Nous pensons que ces mécanismes sont d'ordre général vu que les poissons faiblement électriques présentent des caractéristiques communes avec d'autres animaux tels que les mammifères.